université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou : Assainissement des situations financières des vacataires courant 2017

La situation financière des enseignants vacataires de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou (UMMTO) sera assainie d’une manière définitive au courant de cette année, a déclaré jeudi le recteur.

Le professeur Ahmed Tessa a précisé, au cours du forum de la radio locale. qu’il a hérité à son arrivée en août 2016 d’une situation chaotique marquée notamment par le non-versement des salaires des enseignants vacataires durant toute l’année 2015 et les trois premiers mois de 2016. «Toutes les situations ont été examinées au cas par cas et les enseignants concernés par ces retards seront payés selon le nombre d’heures travaillées», a-t-il indiqué, tout en rassurant que la totalité des salaires impayés seront versés dès l’arrivée du budget. Abordant des possibilités de régularisation des enseignants vacataires de l’UMMTO, le recteur a précisé que certains d’entre eux pourront faire l’objet de confirmation à travers leur intégration à la place des assistants qui sont concernés par le départ à la retraite. Il a affirmé dans ce sillage que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a donné son accord pour la récupération des postes des enseignants partants en l’impossibilité de l’ouverture de nouveaux postes, après exposition des besoins en encadrement pédagogique, notamment, au niveau du nouveau pôle universitaire de Tamda. A ce sujet, Pr. Tessa a reconnu que l’université de Tizi Ouzou fait face à un déficit en personnel encadreur au courant de ces dernières années considérant l’augmentation du nombre d’étudiants qui a atteint cette année les 60 000. Un total de 2096 enseignants dont 162 professeurs, 219 maîtres de conférence de grade A, 254 autres de grades B, 1203 maîtres-assistants de classe A et 258 autres de classe B assurent actuellement la formation à travers l’ensemble des facultés qui comptent une moyenne de 5000 étudiants chacune. Il a également mis le point sur le fait que les jeunes recrues parmi les nouvelles diplômées doivent subir préalablement une formation avant de pouvoir dispenser des cours au profit des étudiants. Dans cette optique, un programme a été élaboré suite aux instructions du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a-t-il fait savoir. Pour l’année universitaire 2016-2017, 110 postes ont été récupérés par le rectorat de l’université à l’issue des départs à la retraite de 100 enseignants et 10 encadreurs administratifs. Des efforts qui n’ont pas apporté une solution définitive à la question de manque d’encadrement pédagogique, citant l’exemple du département de pharmacie dans la faculté de médecine qui ne dispose pas de professeur et celui de chirurgie dentaire qui fait également face à un grand déficit en encadrement. Une situation qui risque de s’aggraver dans un avenir proche, a estimé l’invité du forum «lorsqu’on sait que 472 enseignants de l’UMMTO sont âgés de plus de 50 ans, 298 autres ont plus de 60 ans et 94 dépassent les 65 ans», a-t-il estimé.