Don de sang

Une étudiante algérienne sauve une vie dans le Hunan grâce à un don de sang

Une étudiante algérienne en Chine a sauvé, grâce à un don de sang, la vie d’une patiente dans la province du Hunan, rapportent plusieurs médias chinois ce mardi. «Abbassia Wassila Rozale n’aurait jamais pensé que son geste puisse sauver une vie en Chine», a rapporté l’agence Chine nouvelle. Cette Algérienne de 37 ans suit un master en pratiques infirmières et technologies médicales avancées pour les pays en voie de développement à l’Université du centre-sud de Chine à Changsha, capitale de la province du Hunan. Le 5 juillet, précise l’agence, elle apprend qu’une patiente à l’hôpital n 3 de Xiangya de l’Université du centre-sud a besoin de sang du groupe O avec un antigène Fya négatif. «Elle répond immédiatement à l’appel, à l’instar de plusieurs étudiants étrangers», souligne la même source. Après avoir subi une gastrectomie, Madame Huang se trouve dans un état critique. Elle manque de globules rouges. Son frère, qui se trouve à ses côtés, ne peut pas lui donner son sang car il n’est pas compatible et le Centre provincial du sang du Hunan ne dispose d’aucun stock, selon les médias chinois. Gui Rong, le médecin traitant, explique que l’antigène de Mme Huang est extrêmement rare. Il n’est présent que chez 0,3% des Han, principal groupe ethnique de la Chine. En revanche, il est fréquent parmi la population africaine. Plusieurs appels sont ainsi lancés dans les universités de Changsha qui comptent de nombreux étudiants étrangers. Wassila, ainsi que neuf autres étudiants, se sont ainsi rendus immédiatement dans des points de collecte à proximité. Parmi eux, quatre possèdent des groupes sanguins compatibles : 1,5 litre de sang est prélevé, permettant de sauver Mme Huang. Le 12 juillet, Mme Huang a rencontré ses quatre étudiants, à qui elle est désormais «liée par le sang». Avec beaucoup d’émotion, Wassila résume son geste : «j’ai toujours voulu rendre à la Chine ce qu’elle m’a donné. J’ai atteint mon objectif».

Plus de 4 tonnes de produits stupéfiants détruits en Turquie
Plus de quatre tonnes de produits stupéfiants saisies lors de multiples opérations menées par des équipes de sécurité et de la gendarmerie à Van, à l’est de la Turquie, ont été détruits mardi, rapportent des médias locaux. Après la décision de la justice, deux camions chargés de stupéfiants ont été acheminés vers une usine de ciments, dans le district d’Edremit, selon l’agence de presse Anadolu. Un total de 4,829 tonnes de produits stupéfiants «ont été ainsi versés dans des chaudières chauffées à 1.200 degrés».

Bénéfice record pour Bank of America au 2e trimestre 2019
Un bénéfice net trimestriel de 7,1 milliards de dollars a été réalisé par la Bank of America au deuxième trimestre 2019 avec une hausse de 11% sur un an, a annoncé, mercredi cette institution financière. La deuxième banque américaine en termes d’actifs a souligné que ce bénéfice, « record » se traduit par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du Nord, de 74 cents contre 71 cents attendus en moyenne par les analystes.
Les profits ont été alimentés par les activités classiques de prêts aux ménages et aux PME et des enregistrements de dépôts bancaires, actuellement en forme du fait de la solidité de l’économie américaine.
La division de banque de détail représente ainsi à elle seule plus de 46% (3,3 milliards de dollars) du bénéfice trimestriel de la banque de Charlotte (Caroline du nord).
Les crédits octroyés y ont augmenté de 6%, tandis que les dépôts étaient en hausse de 3%, ce qui a entraîné une hausse de trois points de base de la marge d’intérêt net à 2,44%. « Nous avons observé une forte activité des consommateurs, ce qui s’est matérialisé par une hausse de 5% des dépenses des clients de Bank of America comparé au deuxième trimestre de l’an dernier », a souligné le PDG Brian Moynihan, cité dans le communiqué.
A Wall Street, le titre hésitait: après avoir reculé de plus de 1% dans les échanges électroniques de pré-séance, il réduisait ensuite ses pertes.

La canicule persistera sur le sud du pays jusqu’à vendredi soir
La canicule persistera sur le sud du pays jusqu’à vendredi soir, avec des températures qui dépasseront localement les 48 C, selon un bulletin météorologique spécial (BMS), émis, mercredi, par les services de l’Office national de la météorologie. Des températures caniculaires continueront de dépasser localement les 48  C sur Adrar et le Nord de Tamanrasset jusqu’à vendredi à 21h00, précise la même source. Pour plus de précisions, l’office invite à consulter la carte de vigilance sur le site de MétéoAlgérie (www.meteo.dz).

Record de chaleur au point habité le plus au nord de la Terre  
Le mercure a atteint 21 degrés Celsius dimanche à Alert, endroit habité le plus septentrional de la planète, à moins de 900 km du pôle Nord, établissant un «record absolu» de chaleur pour cette station, a indiqué mardi la météo canadienne. «C’est assez phénoménal comme statistique, c’est un exemple parmi des centaines et des centaines d’autres records établis par le réchauffement climatique», a souligné Armel Castellan, météorologue au ministère canadien de l’Environnement. Base militaire permanente établie au 82e parallèle, servant notamment à intercepter les communications russes, Alert abrite depuis 1950 une station météo. Il y a fait 21 degrés dimanche: «C’est un record absolu, on n’a jamais vu ça», a déclaré M. Castellan, soulignant qu’il avait fait 20 degrés lundi. Il faisait 17,6 degrés mardi à 16H00 locales (20H00 GMT) «et ça peut encore monter», a-t-il relevé. «Ce n’est pas exagéré d’appeler cela une vague de chaleur arctique», a dit de son côté David Phillips, climatologue principal au ministère canadien de l’Environnement, en notant qu’il s’agissait «de records pour chacune de ces journées». De telles températures élevées aussi au nord, «c’est complètement foudroyant», selon M. Castellan, d’autant que «ça fait une semaine et demie qu’on a des températures beaucoup plus chaudes qu’à l’habitude». Le précédent record –20 degrés Celsius– remontait au 8 juillet 1956 mais, depuis 2012, plusieurs journées comprises entre 19 et 20 degrés ont été enregistrées dans cette station située sur le rivage de l’océan Arctique. La moyenne quotidienne pour un mois de juillet est de 3,4 degrés à Alert, et la moyenne des températures maximales y est de 6,1 degrés.
La vague de chaleur actuelle s’explique par une «crête de haute pression» qui se maintient sur le Groenland, ce qui est «assez exceptionnel» et «aide à avoir des vents du sud» sur l’océan Arctique, a observé M. Castellan. M. Phillips a rappelé que le nord du Canada avait connu son deuxième ou troisième printemps le plus doux des 72 dernières années, selon les endroits.
«Et nos modèles indiquent que cela va continuer en juillet, en août et jusqu’à début septembre», a-t-il ajouté. Pour M. Castellan, «le changement climatique a une influence très indirectement ou directement» sur ces températures record, d’autant que l’Arctique se réchauffe trois fois plus vite qu’ailleurs sur la planète.