commercep2

Un déconfinement pris avec des pincettes

À partir de demain, nombre d’activités économiques, commerciales et de services vont pouvoir reprendre, marquant ainsi le début du déconfinement, suite à l’annonce par le gouvernement de son plan de sortie progressive du confinement étalé sur deux phases. Cependant, la prudence reste de mise : cela est conditionné par le respect des gestes barrières et la situation du bilan de l’épidémie du Covid-19. C’est-à-dire que le devenir de la deuxième phase des activités qui seront autorisées à rouvrir dépendra de l’accroissement ou du décroissement de ce virus durant cette semaine, et aussi des comportements des commerçants et des citoyens en général. « La reprise des activités économiques, commerciales et de services sera conditionnée par le strict respect sur les lieux de travail et/ou de regroupement des mesures strictes de prévention sanitaire », a indiqué jeudi dernier un communiqué des services du Premier ministère, insistant que « les protocoles sanitaires de prévention dédiés à chaque activité devront être scrupuleusement respectés et appliqués par l’ensemble des opérateurs, commerçants, clients et usagers ».
Le bilan du coronavirus passe sous la barre des 100 contaminations, avec 98 cas enregistrés au bilan communiqué jeudi, mais le nombre des décès reste plus ou moins stable (8 nouveaux décès en 24H), selon le décompte établi par le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du coronavirus. Il est clair que le coronavirus continuera à circuler, d’où la nécessité d’une sortie progressive du confinement avec l’obligation stricte du respect des consignes sanitaires édictées par les autorités sanitaires. Le plan de reprise progressive des activités économiques, commerciales et de services sera dans un premier temps déployé en deux phases, avec une première qui débutera le dimanche 7 juin 2020, tandis que la seconde prendra effet à partir du 14 juin 2020. Cette semaine sera ainsi un véritable baromètre pour le gouvernement pour décider de la suite à donner. À l’arrêt depuis l’entrée en vigueur du confinement, les secteurs du BTPH, y  compris les activités de sous-traitance et les bureaux d’études (architecture, urbanisme, génie civil), avec l’organisation des transports du personnel, et aussi les artisans céramistes, les plombiers, les menuisiers, les peintres, les agences de voyage, les agences immobilières, la vente de produits d’artisanat, les activités de cordonnier et de tailleur, ainsi que l’activité de maintenance et de réparation, seront autorisé à reprendre leurs activités dès ce dimanche. « Tous les clients doivent se doter d’un masque de protection et les responsables et gérants des établissements seront tenus responsables du non-respect de cette obligation », a fait savoir le communiqué de Premier ministère. Toutefois, souligne la même source, la particularité de l’activité des salons de coiffure hommes nécessite d’organiser cette activité par voie de rendez-vous, de respecter strictement l’obligation du port du masque par le coiffeur et le client, la limitation de l’accès au local à deux clients au maximum, ainsi que le nettoyage et la désinfection fréquents du local et des instruments et effets utilisés. Concernant les marchés à bestiaux hebdomadaires, les marchés de fruits et légumes, ainsi que les souks et grands espaces de vente de proximité, ils feront l’objet d’une attention particulière, où toutes les mesures sanitaires édictées doivent être appliquées rigoureusement par les responsables du marché, notamment le port du masque obligatoire, la distanciation physique, la désinfection des lieux et la mise à disposition des gels hydro alcoolique. Le contrôle et l’organisation des accès, par l’usage d’appareils, l’installation de couloirs et de paillasses de désinfection aux entrées et la matérialisation des circuits de circulation des usagers par le moyen du traçage et de panneaux d’indication, sont également exigés. Le contrôle de l’application de ces mesures par les commerçants sera assuré par les autorités habilitées. Ce dispositif d’accompagnement sera adossé à l’arsenal juridique national de prévention en matière d’hygiène et de sécurité et de médecine du travail, notamment la loi cadre N° 88-07 relative à l’hygiène, la sécurité et la médecine du travail. Selon les services d’Abdelaziz Djerad, les organismes de prévention ,notamment ceux sous tutelle du ministère du Travail, à l’exemple de l’Institut national de prévention des risques professionnels et l’Organisme de prévention des risques professionnels dans les activités du bâtiment, des travaux ppublics et de l’hydraulique, seront mis à contribution en relation avec les organismes employeurs à l’effet d’intégrer les mesures sanitaires à observer au titre de la prévention et de la lutte contre le Covid-19, dans les règlements intérieurs des entreprises. Les comités interentreprises d’hygiène et de sécurité, ainsi que les services d’hygiène et de sécurité des entreprises et les structures en charge de la sûreté interne des entreprises (SIE) seront également mis à contribution dans ce dispositif de prévention et exerceront à ce titre toutes leurs attributions de contrôle. D’autres activités économiques, commerciales et de services vont pouvoir reprendre la semaine prochaine, selon les annonces de gouvernement, sous réserve du respect des protocoles sanitaires mis en place par les autorités sanitaires du pays.
Hamid Mecheri