Tribunal

Tribunal criminel d’Ouargla : prison à vie prononcée par contumace à l’encontre de narcotrafiquants

Une sentence de prison à perpétuité a été prononcée lundi par contumace par le tribunal criminel d’Ouargla à l’encontre des nommés A.B et B.L. Les mis en cause sont poursuivis pour «importation et détention de drogue à des fins de commercialisation illégale» et «acheminement de drogue dans le cadre d’une bande criminelle organisée présentant une menace pour la sécurité et l’économie nationales et pour la santé publique». Dans la même affaire, les dénommés Z.S, Bo.B et Be.B, ont été condamnés en audience à 20 ans de prison ferme chacun pour les chefs d’inculpation de «détention, transport, vente et acheminement de drogue par transit, dans le cadre d’une bande criminelle organisée présentant une menace pour la sécurité et l’économie nationales et pour la santé publique». L’affaire remonte au mois de mars 2019 lorsque la fouille d’un véhicule se dirigeant à Tamanrasset en provenance de Bordj Badji Mokhtar et à bord duquel se trouvaient Z.S et Bo.B, a permis aux services sécuritaires de découvrir 57,160 kilogrammes de kif traité soigneusement dissimulés. Les investigations de police judiciaire ont démontré que la drogue en question était acheminée de la région de Bordj Badji Mokhtar par le dénommé A.B et son acolyte B.L, et que Z.S devait la remettre à Be.B. Ce dernier, sur lequel a été découvert du matériel destiné à l’emballage de la drogue, était chargé de se rendre dans un pays voisin pour y acheminer la marchandise prohibée. Le représentant du ministère public a requis dans cette affaire, et au regard de la gravité des faits reprochés, la peine à perpétuité pour l’ensemble des mis en cause qui, a-t-il estimé, «se sont partagés les rôles».

Démantèlement d’une bande criminelle spécialisée dans le vol d’accessoires de véhicules
La Brigade de la Police judiciaire relevant de la Sûreté de la circonscription administrative de Dar El Beida (Alger) a mis fin, récemment, aux activités d’une bande criminelle spécialisée dans le vol d’accessoires de véhicules, a indiqué lundi un communiqué des services de la Sûreté nationale. Le démantèlement de cette bande criminelle intervient «suite à des investigations approfondies ayant permis l’identification et l’arrestation des suspects dans l’affaire de vol et de destruction de véhicules d’autrui», a précisé le communiqué. «Il s’est avéré que l’un des mis en cause était propriétaire d’un local de réparation et de vente de pneus, lequel commercialisait les différents accessoires volés», a ajouté la source.
Une fois les procédures légales finalisées, les mis en cause ont été présentés devant les juridictions territorialement compétentes.

Session de formation à Alger au profit d’une délégation de la Protection civile tunisienne
Une délégation de la Protection civile tunisienne a entamé dimanche une session de formation à Alger, a indiqué lundi un communiqué de la Direction générale de la Protection civile. Cette session de formation qui se poursuivra jusqu’au 5 mars prochain «intervient dans le cadre de la mise en œuvre du procès- verbal de la réunion du Comité technique mixte algéro-tunisien pour la coopération dans le domaine de la Protection civile, tenue juin dernier à El Tarf», a précisé la même source. Destinée à 15 éléments féminins de la Protection civile tunisienne, tous grades confondus, cette session de formation s’inscrit dans le cadre de la coopération bilatérale entre l’Algérie et la Tunisie dans le domaine de la Protection civile, a ajouté la même source. Lors de la réunion de coordination conjointe entre les services de la Protection civile des deux pays voisins, tenue l’été dernier à El Tarf, l’accent a été mis sur l’impératif d’améliorer les opérations d’intervention pour la sauvegarde du potentiel forestier situé entre les frontières algéro-tunisiennes et la coordination des efforts entre les services de la Protection civile des deux pays pour faire face aux phénomènes des inondations récurrentes, notamment sur la bande frontalière. L’ordre du jour de la réunion avait porté sur des thèmes ayant trait, entre autres, à la formation des équipes spécialisées ainsi que les mesures préventives, notamment l’information préventive de proximité relative à la prévention des risques majeure. Cette réunion technique d’évaluation s’inscrivait dans le cadre du protocole de coopération signé en 1985 entre les deux pays voisins.

Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire
Le juge instructeur près la Cour suprême a ordonné, lundi, le placement en détention provisoire des deux anciens walis de la wilaya de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, pour octroi d’indus privilèges à autrui, dilapidation de deniers publics et abus de fonction.
«Dans le cadre de l’enquête ouverte au niveau de la Cour suprême, le juge instructeur près la Cour a auditionné, lundi 17 février 2020, l’ancien wali de Skikda, Bouderbali Mohamed, pour des délits liés à l’octroi délibéré d’indus avantages à autrui, la dilapidation de deniers publics, l’abus de fonction et le conflit d’intérêts», a précisé un communiqué du Procureur général près la Cour suprême. L’ex-wali de la même wilaya, Faouzi Benhassine a, quant à lui, comparu devant le juge instructeur pour des délits relatifs à «l’octroi délibéré d’indus avantages à autrui, la dilapidation de deniers publics et l’abus de fonction». À cet effet, «le juge instructeur près la Cour suprême a rendu une ordonnance de placement des deux mis en cause en détention provisoire», a conclu le communiqué.

Démantèlement d’un réseau spécialisé dans la contrebande de véhicules à Taher (Jijel)
Les éléments de la brigade mobile de la police judiciaire (BMPJ) de la daïra de Taher (Jijel) ont démantelé un réseau spécialisé dans la contrebande des véhicules et à la saisie de 7 voitures de marques européennes, a indiqué lundi la chargée de l’information de ce corps de sécurité, la commissaire de police Aziza Djerourou. Dans une déclaration à l’APS, Mme Djerourou a affirmé que «dans le cadre des activités des services de la police visant à lutter contre la criminalité sous toutes ses formes et l’exploitation optimale des informations reçues par les éléments de cette brigade, faisant état de l’existence d’un réseau spécialisé dans l’introduction de voitures de l’étranger sur le territoire national en les dotant de l’immatriculation de diverses wilayas, l’ intensification des recherches ont permis l’identification des membres du réseau composé de 10 personnes, originaires de différentes régions du pays». «Quatre d’entre eux, âgés entre 33 et 57 ans, ont été arrêtés dont un repris de justice et l’employé d’une assemblée populaire communale de l’une des wilayas du centre du pays, en plus de la saisie de 7 voitures de marques européennes et la récupération de leurs papiers d’origine que les membres du réseau ont falsifiés», a précisé la même source, soulignant que «les personnes impliquées dans cette affaire ont procédé à la vente de ces véhicules de manière frauduleuse». Après le parachèvement de l’ensemble des procédures juridiques, les personnes mises en cause ont été présentées devant les services judiciaires spécialisés pour «détournement de marchandises et commercialisation illégale de véhicules étrangers sans l’application des procédures douanières nécessaires» avec remplacement des plaques d’immatriculation, «faux et usage de faux documents administratifs officiels» et «fausse déclaration et abus de fonction».
L’une des personnes arrêtées a été mise sous mandat de dépôt, trois ont été mises sous contrôle judiciaire tandis que des recherches sont en cours pour l’identification du reste des membres du réseau, a-t-elle signalé.