Trafic de drogue

Trafic de drogue : Cinquante affaires traitées en 2020 à Aïn-Defla

Au total, 50 affaires relatives au trafic de drogue ont été traitées à Aïn Defla en 2020, soit une hausse de 28 % par rapport à l’année 2019 (36 affaires), a indiqué dimanche le commandant du groupement local de la Gendarmerie nationale.

Les résultats obtenus sont le fruit du plan mis en place dans la lutte contre le trafic de drogue, lequel est basé sur l’occupation rationnelle du terrain par les gendarmes ainsi que le recours de manière optimale aux renseignements et à l’élément cynotechnique, a précisé le lieutenant-colonel Meghizli Boubekeur au cours d’une conférence de presse consacrée au bilan de ses services durant l’année 2020. «Sachant que la plus grande quantité de la drogue saisie provient de la partie ouest du pays, nous avons mis en place un plan visant la surveillance des entrées des villes, nous basant sur un certain nombre d’indices préalablement choisis pour déterminer les voitures susceptibles de faire l’objet de fouille», a-t-il expliqué. Et d’ajouter : «la lutte contre la drogue est loin de constituer une sinécure dans la mesure où il faut connaître le profil des criminels potentiels et la manière à laquelle ils recourent pour échapper au contrôle ou tenter de détourner l’attention des gendarmes». à la faveur des affaires traitées, il a été procédé à la saisie de 224,76 kg de kif traité, 10,8 g de cocaïne ainsi que 25 véhicules utilisés dans le transport deïce produit prohibé, a-t-il détaillé, faisant état de l’arrestation de 119 individus impliqués dans le trafic de drogue dont 80 placés sous mandat de dépôt. Abordant le crime ordinaire, le même officier a noté que les crimes et délits contre les personnes arrivent en tête de la liste des affaires traitées (547), suivis de ceux contre les biens (451), la sécurité publique et l’ordre public (90 chacune), la sûreté publique (57), la falsification (37) ainsi que la famille et les us (33), observant que les jeunes (18-40 ans) constituent la tranche la plus impliquée dans ce genre de criminalité. «Ce qu’il y a lieu de retenir le plus c’est qu’en 2020, les affaires relatives aux agressions contre les personnes, les biens ainsi que la famille et les us ont connu des baisses respectives de 45, 41 et 25 % par rapport à l’année 2019», s’est-il réjoui. Quelque 66 opérations inopinées lancées au niveau des endroits réputés être le fief de la criminalité ont par ailleurs été lancées durant la période considérée, a-t-on fait savoir, faisant état de l’arrestation de 324 individus impliqués dans divers crimes Au sujet des accidents de la route, la même source a fait état d’une baisse de 30 % par rapport à 20219, notant que 81 % des accidents recensés incombent au facteur humain. (les jeunes étant à l’origine de 63 % des accidents). La baisse du bilan enregistré est susceptible d’être expliquée par l’avènement de la pandémie du coronavirus ayant réduit grandement le trafic routier ainsi que des campagnes de sensibilisation menées durant le deuxième semestre de l’année, a analysé le lieutenant-colonel Meghizli, observant que les jeunes étaient à l’origine de la survenue de 63 % des accidents. Un total de 7420 appels également reçus par le numéro vert (1055), a-t-on encore précisé, relevant que l’implication des citoyens est importante dans la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes. Enfin, 25 opérations de sensibilisation sur les risques encourus par la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) ont été menées par ce corps de sécurité au profit des usagers de la route.