boukadoump3

TOUS LES VOLETS DE LA COOPÉRATION ET DE LA MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD D’ALGER EN EXAMEN : Le Comité bilatéral algéro-malien trace une feuille de route

Le développement de la coopération, l’accord de paix issu du processus d’Alger et la situation dans la région, ont été au centre des discussions de la 16ème session du comité bilatéral stratégique algéromalien, a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum. L es travaux de cette session « se sont articulés particulièrement sur les voies de développer la coopération bilatérale, l’application de l’accord de paix issu du processus d’Alger », a déclaré M. Boukadoum à la presse en marge de cette réunion, coprésidée avec son homologue malien, Zeyni Moulay, soulignant qu’il y a eu « échange de points de vue sur la situation dans la région ». Dans l’axe de la coopération, le chef de la diplomatie algérienne a indiqué que « les deux parties se sont mises d’accord sur une feuille de route » et qu’elles allaient « signer bientôt un document, portant sur un ensemble de procédures devant optimiser les relations bilatérales dans différents domaines ». Il s’agit, selon le ministre, de la réactivation des mécanismes de la coopération bilatérale particulièrement la grande Commission mixte et le comité bilatéral frontalier qui revêt une grande importance en vue de prospecter de nouveaux créneaux  » de coopération, a précisé M. Boukadoum. Au sujet de l’accord d’Alger, M. Boukadoum a souligné que l’Algérie, chef de file de la médiation internationale, a noté avec « satisfaction les progrès réalisés et elle a réitéré sa détermination à consolider la confiance entre les différentes parties signataires de l’accord pour faire avancer le processus de paix et de la réconciliation au Mali », a ajouté Sabri Boukadoum. Selon le chef de la diplomatie algérienne, l’Algérie et le Mali entretiennent un échange régulier sur la situation dans la région. « Nous avons exprimé notre satisfaction concernant l’échange régulier qui caractérise la concertation et la coordination entre nos deux pays et la convergence des points de vues s’agissant des principales questions actuelles d’intérêt commun », a-t-il dit. M. Sabri Boukadoum a souligné, qu’il avait exprimé à son homologue malien, la « détermination de l’Algérie à poursuivre son rôle et ses efforts dans le but de consolider le processus de paix et de la réconciliation dans la phase actuelle et garantir son succès ». De son côté, M. Zeyni Moulay a indiqué que « le Comité stratégique bilatéral institué par les deux chefs d’État est un organe très important et qu’il est réjouissant d’assister à la tenue de la 16ème session », renouvelant  » la profonde gratitude du Mali à l’Algérie. Rappelant le passé historique entre les deux pays qui remonte à la Guerre de libération nationale, M. Zeyni a mis en exergue le caractère fraternel entre les deux peuples, algérien et malien. Interrogé, par ailleurs, sur la situation qui prévaut au Mali, le chef de la diplomatie malienne a répondu qu’elle était  » malheureusement préoccupante sur les plans sécuritaire, militaire, économique et social « , relevant qu’elle était loin d’être une fatalité et que les autorités maliennes sont déterminées à l’inverser dans les meilleurs délais. « Nous sommes décidés à affronter cette situation et faire tout ce qui est en notre possibilité pour l’inverser et établir dans les délais un climat de paix, de sécurité et de stabilité qui soit favorable au développement économique et social pour le bonheur de notre peuple », a affirmé le MAE malien.  » Le gouvernement malien ne ménage aucun effort pour mettre en œuvre l’Accord d’Alger », a déclaré Zeyni Moulay au cours de cette session du comité bilatéral. Zeyni Moulay a sollicité l’accompagnement du gouvernement algérien pour la réussite de la Transition « sur deux dimensions cruciales », à savoir  » la sécurité et les élections générales », assurant que son pays comptait faire de la coopération avec l’Algérie une « priorité absolue ».
M. Bendib