Sonatrach

SONATRACH : Les salariés diplômés DEUA/LMD obtiennent gain de cause

Visiblement, c’est le bout du tunnel pour les employés de Sonatrach, parmi les titulaires de diplômes DEUA et Licence-LMD, qui revendiquent la revalorisation de leur statut de cadres universitaires dans leurs postes de travail respectifs. En effet, le comité de suivi mis en place en mai 2018, et qui s’est penché depuis sur les revendications de cette catégorie de travailleurs, vient de rendre ses conclusions en réponse à la demande des salariés.
C’est ce que nous avons appris hier, auprès d’un membre du Collectif des employés qui s’est réjoui de cette décision, annoncée mardi à Hassi Messaoud, au cours d’une visite du P-DG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, en présence des représentants UGTA des travailleurs. La décision de répondre favorablement à l’essentiel de ces revendications remonte au 17 décembre 2018 déja, à l’issue d’une réunion du conseil d’administration de la direction de Sonatrach. Ainsi, selon une déclaration du Collectif des travailleurs détenteurs de diplômes universitaires, il a été procédé à l’attribution de nouvelles échelles à leur profit, alors que d’autres demandes seront traitées au cas par cas.
Ce repositionnement de grade est situé entre 19 et 20 pour les titulaires d’un diplôme DEUA/Licence-LMD et qui prend effet rétroactif à partir de février 2015. Pour ce qui est des salariés qui ont en bénéficié de ce repositionnement avant l’année 2015, ils auront à leur actif une nouvelle échelle suivant le cas. Force est de constater que cette reconsidération des grades de cette catégorie d’employés du groupe pétrolier, eux qui ont commencé la lutte autour de cette revendication particulière depuis 1999, aura soulagé les bénéficiaires. «Nous avons obtenu gain de cause. Cette décision nous réconforte d’autant plus qu’on nous a accordé plus que les décisions prises en 2011 déjà», nous confie notre source à ce sujet. Autre chose sur laquelle répond favorable la direction de Sonatrach, le point relatif à l’accès aux postes de responsabilité pour les détenteurs de diplômes universitaires. Désormais, en effet, le critère de mérite devra être accordé à tout travailleur qui dispose de compétences qui lui permettraient d’occuper un poste supérieur au sein de l’entreprise. Il est bon de rappeler que cette catégorie de travailleurs a eu recours, par le passé, à plusieurs actions de protestations pour faire valoir leurs droits. Des actions organisées aussi bien au niveau du siège de la direction de Sonatrach, à Alger, qu’au niveau des bases de vie et des complexes pétroliers et gaziers, essentiellement basés dans les wilayas du sud du pays.

Farid Guellil