FAF

Ses bilans moral et financier adoptés à la majorité absolue : Zetchi quitte la FAF par la grande porte

La montagne a accouché d’une souris. C’est ce qui convient à dire à propos de l’assemblée générale ordinaire de la FAF, la dernière sous l’ère Zetchi, tenue hier à l’hôtel Sheraton.
En effet, ceux qui tablaient sur une sortie par la petite porte du désormais ex-patron de la première instance footballistique nationale ont déchanté. Les bilans, moral et financier, de Zetchi relatifs à l’exercice 2020 ont été adoptés à la majorité les bilans moral et financier de l’année 2020.
Concernant le bilan moral, seuls deux membres ont voté contre, alors que deux autres se sont abstenus. Le bilan financier a été approuvé par 91 membres, dix ont voté contre et trois ont choisi l’abstention. Quant au budget prévisionnel 2021 a été également adopté.
Le quorum a été largement atteint lors de cette AGO en présence de la quasi totalité des membres ayant le droit de vote qui sont au nombre de 104 sur 119 dont les deux anciens présidents de la FAF, Mohamed Raouraoua et Hamid Haddadj.
Avant le début des travaux, le président de la direction du contrôle de la gestion financière (DCGF) de la FAF Réda Abdouche, a remettre les licences professionnelles à l’ensemble des 20 clubs de la Ligue 1.
Il a été procédé au cours de cette AGO, à l’installation des commissions de candidatures, de recours, et de passation de consignes, en vue de l’assemblée générale élective (AGE), fixée au jeudi 15 avril.
On notera notamment la désignation du président de l’US Chaouia, Abdelmadjid Yahi, à la tête de la commission des candidatures, une nomination qui a été accueillie avec des pincettes par certains membres de l’AG, à l’image de Raouraoua, car Yahi est réputé pour être quelqu’un de proche à Zetchi, ce qui pourrait constituer un avantage au futur candidat relevant du cercle proche du président sortant de la FAF.
Élu à la tête de la FAF le 20 mars 2017, en remplacement de Mohamed Raouraoua., Kheireddine Zetchi a décidé de ne pas briguer un deuxième mandat. Le désormais ex-patron de l’édifice de Dely Brahim quitte ainsi l’instance fédérale par la grande porte. Malgré quelques imperfections, son bilan aura été des plus positifs notamment en ce qui concerne l’équipe nationale en contribuant au deuxième sacre africain des Verts lors de la CAN 2019.*
Hakim S.