P 2- PH.entertien

Sarah Hadjar, « Business officer » à l’ambassade de la République d’Ethiopie en Algérie : «Vers l’ouverture d’une nouvelle ligne aérienne directe reliant Alger à Addis-Abeba»

Rencontrée, hier, en marge de la 19e édition du Salon international du tourisme et des voyages (SITEV 2018) à la Safex à Alger,
la «Business Officer» de l’ambassade de la République fédérale démocratique d’Ethiopie en Algérie, Sarah Hadjari, a fait part du projet d’ouverture d’une nouvelle ligne aérienne directe, reliant Alger à Addis-Abeba, affirmant, ainsi que cette passerelle vise à renforcer les relations diplomatiques entre les deux pays.

-Le Courrier D’Algérie : Tout d’abord, parlez-nous des objectifs de la participation de l’Ethiopie à la 19e édition du SITEV ?
-Sarah Hadjari : Notre participation à ce salon, cette année avait pour objectifs de faire connaitre aux visiteurs algériens les différents types d’attractions et les différents parcs nationaux et écosystèmes existants en Ethiopie. De même, nous voulons, à travers cette participation au «SITEV» expliquer aux visiteurs, les différentes démarches et procédures à entreprendre pour obtenir le visa pour se rendre dans ce pays. Car nous remarquons , également que la majorité des Algériens ne savent pas et croient à l’inexistence de visa d’entrée dans ce pays.

-Tout à l’heure, vous avez évoqué les parcs nationaux et les sanctuaires que recèle l’Ethiopie…, quels sites touristiques conseilleriez-vous aux Algériens ?
-L’Ethiopie abrite plusieurs parcs nationaux à la faune entièrement variée parmi ces parcs on peut citer : «Le parc du Simien». Ce dernier abrite plusieurs espèces animales et végétales, dont certaines sont endémiques, c’est-à-dire spécifiques au pays comme par exemple la badouin Gelada (une espèce de singe), ……

-De même, il existe le tourisme volcanique en Ethiopie … une tendance peut-être qui peut devenir une destination privilégiée pour les Algériens, n’est-ce pas ?
-Oui, le tourisme volcanique reste une attraction très importante pour les touristes étrangers comme il peut devenir une tendance et une destination privilégiée pour les touristes algériens voulant découvrir ces endroits sublimes. L’Ethiopie et pour ceux qui ne connaissent pas, abrite aussi d’autres attractions et sanctuaires à savoir : les chutes du Nil Bleu, la moquée de «Najashi», la ville colorée de «Harar»,la ville où on trouve les meilleurs cafés dans le monde. S’ajoute à cela, aussi la ville de «Lalibela», un lieu de pèlerinage pour les chrétiens et enfin l’enceinte royale de «Gondar», cette dernière abrite également de nombreuses églises, ainsi que des bâtiments d’architecture typiques au style italien.

-Malgré les offres alléchantes de ces destinations, l’Éthiopie demeure quand même un pays peu connu pour les Algériens…
-Oui, c’est vrai mais dès qu’on parle de ce pays, certains montrent leurs intérêts croissants pour visiter ce pays malgré l’absence d’un vol direct vers la capitale «Addis- Abeba» et pour y accéder, le touriste ou le voyageur doit faire une escale en Egypte. Et afin de mieux soulager ce dernier,une nouvelle ligne aérienne directe reliant Alger à Addis- Abeba sera prochainement ouverte. Cette ligne a, en effet pour objectif, le renforcement les liens politiques et diplomatiques entre les deux pays.

-Parallèlement à cela, et pour faciliter l’accès à ce pays, l’ambassade d’Ethiopie en Algérie a-t-elle pris de nouvelles mesures, si non a-t-elle adopté un nouveau système d’obtention de visas pour les Algériens désireux de découvrir la beauté et la nature de ce pays africain ?
-Oui, nous avons lancé, cette année sur le web éthiopien le « e-Visa Etiopia »… la procédure pour y accéder est très simple.

-Peut-on savoir, également, le nombre de visas délivrés chaque année par l’ambassade que vous représentez ?
-Je ne peux pas vous donner le chiffre exact mais ce que je pourrai vous confirmer c’est que l’affluence des jeunes envers ce pays est très importante. La majorité des jeunes algériens demandent le visa pour découvrir la diversité culturelle et religieuse de l’Ethiopie.
M. I.