Grève santé

SANTÉ PUBLIQUE : Les fonctionnaires en grève les 10 et 11 février prochains

La coordination nationale des fonctionnaires de la Santé qui exerce sous l’égide du Syndicat autonome des fonctionnaires de la santé publique (Safap) appelle à l’organisation d’une grève de deux jours, mercredi et jeudi prochains.

Après avoir tenu une action de contestation le 17 janvier dernier sous forme de sit-in, la coordination des fonctionnaires de la Santé a décidé de passer à la vitesse supérieure en optant cette fois pour un débrayage de deux jours. Dans un communiqué rendu public, cette organisation syndicale explique qu’il a été, en effet, décidé de mener une grève à l’échelle nationale les 10 et le 11 février prochains afin de dénoncer la non-prise en charge des revendications socio-professionnelles des fonctionnaires du secteur de la Santé. La même source indique néanmoins que le débrayage sera observé dans les différentes structures de santé de 8h à midi durant les deux jours prévus, alors que le service minimum sera assuré. Elle précise, en outre, que les employés des services d’urgences et de dialyse ne sont pas concernés par la grève. À noter que le syndicat contestataire réclame principalement la sortie de la Fonction publique, la révision du statut particulier des corps communs, ainsi que la révision de la grille des salaires et du régime indemnitaire. Cette organisation syndicale revendique également le droit au départ à la retraite anticipée.
Le Safap, qui souhaite l’intervention du président de la République pour la satisfaction de sa plateforme de revendications, appelle, par ailleurs, le ministre à prendre les mesures nécessaires afin d’éviter la paralysie d’un secteur aussi sensible. Pour rappel, la même coordination avait observé les 17 et 18 janvier derniers des sit-in et des rassemblements d’une durée d’une demi-heure à l’intérieur des structures de santé. Selon les initiateurs de cette action, le taux de suivi à l’échelle nationale était de 69%. Ce syndicat qui compte 90 000 adhérents avait alors accusé la tutelle d’ignorer ses revendications rappelant que « les personnels de la santé publique se sont pleinement investis dans la lutte contre la pandémie de coronavirus au détriment de leur vie, leur famille et leurs droits ».
Ania Nait Chalal