RASD

SAHARA OCCIDENTAL : L’Europe doit contribuer à une solution du conflit  

La dirigeante de la Gauche allemande, Katja Kipping, a affirmé que l’Europe peut contribuer à une solution au conflit au Sahara occidental, sans parti pris ni soutien au régime marocain.

Elle a souligné que le ‘’moment est venu de rompre définitivement avec la politique de soutien aux régimes despotiques qui se présentent comme des garde-frontières et s’en servent pour faire chanter en Europe ».
« L’Europe peut contribuer à une solution à ce conflit. Sans parti pris ni soutien au régime marocain », a écrit Mme Katja et souligné  que l’Europe « ne pourra ignorer » les violations des droits de l’Homme au Sahara occidental occupé.
La responsable politique allemande a abordé, dans ce texte, « les rapports d’organisations de défense des droits humains tels qu’Amnesty international et Human Rights Watch qui dénoncent les arrestations à grande échelle et la torture, les mauvais traitements et les détentions arbitraires, en plus de criminaliser les journalistes, les blogueurs et les militants des droits de l’Homme ».   »Le moment est venu de rompre définitivement avec la politique de soutien aux régimes despotiques qui se présentent comme des garde-frontières et s’en servent pour faire chanter en Europe », a-t-elle insisté.
En outre, souligne Katja Kipping, « le Maroc continue d’occuper pendant plus de quatre décennies une grande partie du Sahara occidental en violation du droit international ».  Dans sa publication, qui coïncide avec la célébration du 47e anniversaire de la fondation du Front Polisario (le 10 mai de chaque année), Katja Kipping a noté que la violation par le Maroc du droit international au Sahara occidental se produit souvent en coopération avec des entreprises européennes impliquées dans le pillage de ressources naturelles, telles que les phosphates, dans une violation flagrante du droit international en raison de l’impasse actuelle du processus de paix dirigé par l’ONU.
Le Sahara occidental a été inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée générale des Nations unies et, par conséquent, à l’ordre du jour de la Quatrième Commission et du Comité spécial de l’AG de l’ONU sur la décolonisation (C-24), depuis 1963 en tant que territoire non autonome auquel s’applique la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance des pays et des peuples coloniaux (résolution 1514 (XV) de l’Assemblée, du 14 décembre 1960), conformément à la légalité internationale et les résolutions de l’Onu.
M. B.

LA NORVÉGIENNE EQUINOR
Il n’y aura plus d’exportation de gaz vers le Sahara occidental
La compagnie norvégienne d’énergie « Equinor » « regrette les exportations de gaz vers le Sahara occidental et promet de ne plus recommencer », s’est félicité lundi l’Observatoire Western Sahara Ressources Watch (WSRW). En avril, un navire contenant du gaz liquéfié est arrivé au port d’El Ayoune, au Sahara occidental occupé, expédié directement depuis le terminal de la société norvégienne d’énergie Equinor (anciennement « Statoil ») à Karsto, en Norvège, a rappelé WSRW, soulignant que l’incident a été rapporté par le quotidien norvégien Dagsavisen. »Il s’agit du premier cas, jamais documenté, d’exportations de gaz norvégien vers le territoire occupé. Dans un courrier adressé au Comité norvégien de soutien au Sahara occidental le 24 avril, le vice-président d’Equinor a confirmé la cargaison. La société a déclaré qu’elle « regrettait » de ne pas avoir suivi les conseils commerciaux du gouvernement norvégien. »Nous [ ] sommes en train de modifier nos procédures pour nous conformer à la position norvégienne », a écrit le vice-président d’Equinor, Tor Martin Anfinnsen, au Comité de soutien norvégien au nom du président de la société, Eldar Sætre. Equinor est la 12e plus grande compagnie d’énergie au monde et contrôlée par le gouvernement de la Norvège. En avril de l’année dernière, le ministre norvégien des Affaires étrangères a déclaré au Parlement d’Oslo que son gouvernement souscrivait aux décisions de la Cour de justice de l’UE : le droit international requiert le consentement préalable du peuple sahraoui sur les questions relatives aux affaires du Sahara occidental. « Equinor a désormais une position alignée sur celle d’autres sociétés détenues tout ou partie par le gouvernement norvégien, telles que Yara, Cermaq et Mesta », s’est encore félicité l’Organisation. Equinor a expliqué que le navire contenait une cargaison de butane à son client « Gulf Petrochem – ou GP Global », dont la société a changé de nom. Le 24 avril, l’Organsitaion WSRW a écrit à GP Global pour savoir s’ils avaient obtenu le consentement du peuple sahraoui pour importer le gaz et si Equinor les avait interrogés sur l’aspect du consentement avant la transaction. « La cargaison a été transportée à bord du pétrolier Gas Cerberus battant pavillon libérien. Le 25 avril, WSRW Grèce et le Norwegian Support Committee ont écrit à l’exploitant du navire, Stealth Corp. Equinor a précisé  au journal Dagsavisen que la cargaison avait été vendue à GP et que « cette cargaison a ensuite été revendue de GP à un autre client pour être livrée à El-Ayoun, et nous y avons expédié la cargaison pour GP ». Les données du bureau norvégien des statistiques, Statistics Norway, révèlent la valeur des exportations de gaz de la Norvège vers le Maroc au cours de la dernière décennie : en 2019, la valeur des exportations de butane était de 290 millions de couronnes (26 millions d’euros au taux de change de 2020), tandis que les exportations de propane ont atteint 357 millions de couronnes (32 millions d’euros). Les exportations se sont également poursuivies au cours des premiers mois de 2020. Il y a eu de petites exportations de condensats de gaz vers le Maroc en mai 2019, pour une valeur de 7 millions de couronnes.
M. B.

HOPITAL DE CAMPAGNE POUR LES RÉFUGIÉS SAHRAOUIS
Le HCR salue l’initiative de l’Algérie
Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) a salué l’initiative de l’Algérie de créer un hôpital de campagne dans les camps des réfugiés sahraouis, mettant en avant le rôle de cette action humanitaire dans la préservation de la santé du peuple sahraoui. Le HCR a salué, sur son site électronique, cette action humanitaire qui intervient dans un moment de crise sanitaire du fait du Covid-19, mettant en avant le rôle que jouera cet hôpital de campagne pour  garantir au peuple sahraoui des soins de qualité. L’UNHCR réitère son appel à faire parvenir dans les camps des réfugiés le soutien nécessaire aux différents secteurs pour préserver la santé des Sahraouis. Pour rappel, lors de sa visite, dimanche, à l’hôpital militaire de campagne mis par l’Algérie à la disposition des Sahraouis, le président Ghali a vivement salué « l’importante démarche entreprise par l’Algérie, à travers l’Armée nationale populaire (ANP) et sur décision du président Abdelmadjid Tebboune, de déployer un hôpital militaire de campagne, doté de divers services sanitaires et d’équipements modernes, pour faire face à la pandémie de Covid-19″. M. Ghali a exprimé par la même occasion sa reconnaissance et sa gratitude aux autorités algériennes et aux éléments de l’ANP, pour les efforts consentis afin d’assurer des prestations de santé au peuple sahraoui et atténuer ses souffrances dans cette conjoncture exceptionnelle.
Le ministère de la Défense nationale avait indiqué, dans un communiqué, que la mise à disposition d’un hôpital de campagne par l’Algérie au profit des Sahraouis, intervenait « dans le cadre du raffermissement des efforts de solidarité et de promotion des relations humaines et fraternelles entre les deux peuples algérien et sahraoui, et sur ordre de monsieur le président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, Abdelmadjid Tebboune ».
M. B.