Friandises

RUSH SUR LES MAGASINS À ALGER : En quête forcée d’une fin d’année en apothéose

Comme chaque année, un grand nombre d’Algériens fêtent le nouvel an dans une ambiance conviviale partageant des moments de joie autour des petites tables bigarrées aménagées pour permettre à ces derniers de siroter café, thé ou dévorer un gâteau…Un univers dégoulinant de sucre et des gourmandises des plus appétissantes…

Reportage réalisé par  Mehdi Isikioune

En effet, une virée, dans les rues d’Alger, à la veille du nouvel an, atteste que plusieurs magasins de confiserie proposent des produits de bonne qualité à base de beurre, d’amandes, de noix, de nougat et de fruits frais. Les vitrines exposent une variété de gâteaux au chocolat, aux fraises, etc. ainsi que des cakes, des éclairs, des «baba», …..
Aussi, lors de notre tournée sur place, nous avons constaté des chaînes interminables devant les pâtisseries, uniquement pour acheter ou emporter les meilleures pâtisseries et les meilleures bûches de fin d’année.
Par exemple, à  Alger centre, plus précisément à la rue «Didouche Mourad», certains pâtissiers ont garni leurs vitrines de toutes sortes de confiseries. Un immense choix d’assortiments de bonbons, de chocolat, de biscuits gourmands, …s’ajoute à cela des boîtes renfermant des bûches (citrons, chocolat, moka, …) à 2000 jusqu’à 4000 DA. On remarque aussi que certains magasins de cette rue huppée  ont été garnis  de cèdres comme  le sapin et de guirlandes.
La fête de fin d’année est aussi une période idoine pour les pâtissiers  de se concurrencer et de passer des heures pour  agrémenter les meilleures pâtisseries au  goût chocolat-noisette  ou pâtisserie au goût fraise (rose)  servies lors du réveillon de fin d’année, nous dira Yacine, un pâtissier résidant à Alger. Par ailleurs, il ajoute  : «Nous travaillons jour et nuit pour satisfaire les besoins de nos clients.»
De leur côté, des traiteurs préparent aussi, à cette occasion,  toutes sortes de plats. Ils proposent ainsi une large gamme de tartes, de gâteaux secs, orientaux et traditionnels…mais  à des tarifs raisonnables, précise, encore Adlène, un jeune  traiteur, travaillant à la rue Hassiba. Celui-ci ajoutera, également  : «Les fêtes de fin d’année sont toujours un moment d’amusement, de partage et de dégustation des plats succulents entre familles». Il a précisé aussi  : «Nous proposons, également à nos clients des plats chauds ou froids à base de poulet ou de poissons… nous leurs proposons aussi des terrines de dindes aux tomates et plats à base de béchamel…»
Lors de notre reportage, nous avons aussi été reçus chaleureusement par un gérant d’un magasin de confiserie. Nous avons dégusté des bonbons au chocolat et de ganache. Ce dernier nous fera savoir que ces bonbons sont composés essentiellement de chocolat, ils figurent parmi les bonbons les plus coûteux et les plus appréciés par les enfants».

 La fin de l’année sonne le tocsin, dans la rue comme chez les magasins
Poursuivant notre virée nocturne dans quelques quartiers d’Alger-centre, une quantité considérable de sucreries et de fruits subtilement parfumés ont fait leur  apparition sur les étals installés en plein cœur d’Alger et les magasins de confiseries ont été pris d’assaut , aussi, par les gourmands en quête de produits frais, de conseils et parfois même d’idées pour concocter leur menu de fête : « Les jours de repos sont pris par les commandes, il faut anticiper depuis le mois de novembre pour ne pas être encore plus débordé », nous rassure Walid, un gérant d’un magasin de confiserie à la rue Hassiba. Pour sa part, Abdelwahab, un autre gérant d’une boulangerie-pâtisserie à El-Biar, ce dernier considère que les commandes de gâteaux, de chocolaterie et de confiseries augmentent, notamment en fin d’année.
Aussi, aux  alentours d’Alger, à Chéraga, à Douéra et à Draria, par exemple et au niveau des grandes artères, des jeunes ont installé des étals de chocolats, de bonbons, de «halkouma», de dattes  fourrées, de gâteaux  fourrés  avec «halkouma», …..des vitrines ont été aussi ornées de  beignets, de mini-tartellettes aux fruits, de mousses, de  cakes, de desserts…..ces vitrines ont été  ornées, également de «monas», pains turcs et de toutes sortes de pâtisseries fines : «la majorité des clients préfèrent les gâteaux au chocolat. Certains, par contre, préfèrent  des bûches, des macarons, des petits fours ou autres gâteaux», nous indique, aussi  Brahim, un  gérant d’une pâtisserie implantée à Draria. Avant d’ajouter : «Les commandes augmentent en fin d’année, j’ai eu, jusqu’à maintenant, une soixantaine de commandes de bûches, de tartes au chocolat, de macarons et autres variétés de gâteaux traditionnels ….. ».
Fort de son constat sur place, Imad soutient  : «on remarque aussi dès les trois derniers jours, avant la fin de l’année, une augmentation des ventes , beaucoup de chocolat et de vanilles sont demandés».  et il n’a pas manqué de préciser, encore que : «Nous fabriquons, ainsi un éventuel complet de produits de boulangerie-pâtisserie, des biscuits,  des tartes meringuées, des mousses, en les mariant avec plusieurs parfums de fruits….. Et ils sont, aussi appréciés par nos clients».
Il est à noter, aussi que pour  fêter le réveillon de cette fin d’année, des restaurants et des hôtels ont préparé, à cette occasion, des soirées d’exception dans un cadre magique avec l’organisation de repas.
Par ailleurs, il y a lieu de rappeler que certains algériens préfèrent la gastronomie traditionnelle le jour du nouvel an,  d’autres préfèrent la gastronomie étrangère, notamment la gastronomie libano-syrienne : «Je suis féru de la cuisine orientale, je viens à ce magnifique  restaurant situé  à Ouled Fayet  pour déguster le «Kebab d’Alep», nous dira, Omar, un jeune étudiant, rencontré à l’entrée d’un restaurant syrien  à «Ouled Fayet» . Et d’enchaîner : «j’ai goûté, aussi  un plat végétarien à base de riz, de chou-fleur rôti et de pois chiche …il est, vraiment très délicieux».
Par ailleurs, certains algérois préfèrent rester bien au chaud à la maison et passer la fête  autour  d’une table garnie d’un grand gâteau au chocolat, des bonbons, des cacahuètes, des pistaches et des noix dans une ambiance de fête familiale. D’autres, affirment au «Courrier D’Algérie» qu’ils préparent dans leurs foyers le couscous avec du poulet et des pâtes faites à la maison.
La période de fin d’année est aussi pour certains la période parfaite pour partager des moments agréables entre amis : «La fin de l’année correspond aussi à la période des cadeaux…cela permet, aussi de remercier et en même temps de souhaiter ses bons vœux pour la nouvelle année à un ami ou une amie et d’entretenir, également de bonnes relations avec lui  ou avec elle», témoigne, entre autre  Kamel, un gérant d’une entreprise privée. Et de poursuivre : «Offrir un cadeau d’entreprise de fin d’année à ses salariés marque votre bienveillance et la reconnaissance du travail accompli de vos collaborateurs».
Aussi, en cette période de vacances coïncidant avec la fête de fin d’année, nous avons constaté, aussi,  lors de notre tournée le soir,  que les grandes artères de la ville d’Alger sont bien animées et illuminées  : «Nous achetons la bûche et nous préparons un diner spécial pour la fin de l’année», nous confie, «Salima», une mère de deux enfants rencontrée à la rue Didouche Mourad. Son amie «Adila, avocate : «moi, personnellement, j’ai invité mes frères et mes sœurs, le jour de l’an comme le font des milliers d’Algériens  en cette occasion.

Les marchands de fleurs à l’honneur
Pour d’autres, offrir un bouquet de fleurs, c’est transmettre un message du cœur le jour du nouvel an. Tout le monde s’affole et les fleuristes sont pris d’assaut. De nombreux clients achètent des fleurs . les roses rouges et blanches sont en tête des ventes pour fêter le nouvel an. Elles sont cédées entre 20 et 25 DA, estime, Hassen, un jeune fleuriste.  Expliquant ainsi que les clients  achètent aussi les roses jaunes pour se faire plaisir ou pour décorer la maison. «Il  figure, aussi parmi les meilleures ventes, le jasmin et le glaïeul…  les clients, aujourd’hui préfèrent les couleurs …et quelque soit leurs natures et leurs couleurs, les fleurs ont de tout temps un symbole d’amour et d’amitié », a-t-il poursuivi.
De son côté, Djamila, une  jeune lycienne, rencontrée chez un fleuriste à Douéra, nous confirmera d’emblée que : «je suis venue  pour offrir ce bouquet à ma très chère amie, à cette  occasion du nouvel an». Notre interlocutrice tient à souligner, d’autre part, qu’offrir un joli bouquet de fleurs fraîches est une bonne idée pour célébrer la nouvelle année.
Saâdi, 53 ans affirme, pour sa part que la commande des fleurs augmente, notamment pour les plus belles fleurs de saison : «La période de fin d’année et de fêtes est une période très  attendue pour la plupart de nous pour offrir une fleur à un ami ou une amie. Elle est, aussi  le synonyme de réjouissance, de gaieté, d’effervescence ou de festivité», renchérit-il encore. Et d’enchaîner : «C’est aussi l’occasion  d’offrir des cadeaux, l’occasion de montrer son attachement, son amitié à ceux qu’on aime». Saâdi tient à rappeler, également que le cadeau demeure un geste élégant, à forte valeur, offrir des fleurs, c’est aussi révéler son cœur avec charme, fantaisie et poésie.
M. I.