Rasd en espgane

RÉPRESSION MAROCAINE DANS LES TERRITOIRES OCCUPÉS : Une délégation sahraouie reçue au siège du CICR à Genève

Une délégation sahraouie a tenu une réunion approfondie avec de hauts responsables de la Croix-Rouge internationale en son siège à Genève. La réunion a porté pour l’essentiel sur la nouvelle situation au Sahara occidental, en particulier dans les territoires sous occupation militaire marocaine, marquée par la recrudescence de la répression marocaine. La délégation sahraouie, qui comprenait le représentant du Front Polisario en charge de l’Europe et de l’Union européenne, Oubbi Buchraya Bachir, ainsi que du représentant du Polisario en Suisse, Omaïma Mahmud Abdeslam , a informé les responsables de l’organisation sur l’évolution de la situation au Sahara occidental sur le terrain et la réalité de la guerre qui exige que la CroixRouge internationale joue son rôle, notamment à la suite des campagnes continues de répression et de représailles des autorités marocaines contre les civils sahraouis. Les représentants sahraouis ont également dénoncé les représailles illégales auxquelles est soumise la militante sahraouie Sultana Khaya et Sid Brahim dans la ville occupée de Bojador, ainsi que la situation du prisonnier politique sahraoui appartenant au groupe de Gdeïm Izik, Mohamed Lamin Haddi, qui lutte contre la mort dans la prison de Tiflet 2 (Maroc) loin de sa patrie. À la lumière de la terrible augmentation des crimes commis par la force d’occupation marocaine contre les civils sahraouis, les militants des droits de l’homme et les journalistes, la délégation sahraouie a de nouveau exhorté la Croix-Rouge internationale à assumer ses responsabilités directes au Sahara occidental occupé, conformément à son mandat et les exigences du droit international humanitaire. La délégation sahraouie n’a cessé d’exprimer le mécontentement du Front Polisario, en tant que Mouvement de libération nationale sahraoui et membre de la IVe Convention de Genève depuis 2015, face à une délégation du CICR qui s’est rendue dans les territoires occupés avec le Croissant-Rouge marocain, exploitée par l’occupant marocain à des fins de propagande incompatibles avec la mission et l’impartialité de l’organisation qui constituent le cœur de son mandat, en particulier lorsqu’il s’agit de la situation juridique claire au Sahara occidental. Il convient de noter qu’en juillet dernier, la délégation sahraouie s’est entretenue avec de hauts responsables du CICR pour aborder la situation des prisonniers politiques sahraouis détenus dans les prisons marocaines et la responsabilité de l’organisation internationale au Sahara occidental en tant que territoire occupé militairement par le Royaume du Maroc.
M. Bendib