Rencontre Ferroukhi-éleveurs : l’organisation de la filière viande en ligne de mire

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Sid-Ahmed Ferroukhi, a appelé hier à Alger, les éleveurs de bétail à adhérer à la démarche adoptée par le gouvernement Sellal afin de relancer le secteur. «La filière viande en particulier et le secteur de l’agroalimentaire en général a besoin maintenant d’une organisation au souffle long», a dit le ministre qui présidait une rencontre associant les responsables de son département avec les représentants de la Fédération nationale des éleveurs de bétail et les délégués de l’Union nationale des paysans algériens (Unpa). Cette rencontre, dont les travaux se sont déroulés à huis clos, sera suivie par d’autres rencontres du même type, au niveau local notamment et avec les autres représentations du monde de l’agriculture, a assuré Sid-Ahmed Ferroukhi tout en plaidant à ce qu’elles soient un cadre de consultation et de concertation, d’écoute des doléances des gens du métier dans leur profession et déboucher ainsi sur une «méthode pratique et de concert avec les professionnels afin de relancer le secteur, assurer la sécurité alimentaire et, par conséquent, participer à la diversification de l’économie », a-t-il expliqué. Le ministre a de même rappelé que « depuis 2008, beaucoup de choses ont été réalisées dans le cadre du programme arrêté par les pouvoirs publics. Des dispositions ont été prises depuis cette date», a-t-il enchaîné tout en martelant que les aléas techniques que rencontrent les éleveurs dans l’exercice de leur métier en sont en rien en pareille mesure avec le capital humain. «Notre plus grande richesse ce ne sont pas les pâturages et le bétail. Ce sont les éleveurs du bétail», a-t-il professé tout en minimisant les problèmes que peuvent rencontrer ces éleveurs mais en optant résolument en faveur de «la valorisation de la production nationale avec le concours des différents intervenants». Sur sa lancée, le ministre a invité les professionnels à s’organiser et a fait part de sa disponibilité à recevoir les autres organisations professionnelles. En effet, rien que pour la promotion de l’élevage, quelques deux millions d’hectares de pâturage sont désormais des zones protégées, a indiqué le ministre tout en émettant de sérieuses réserves quant à la capacité de gérer ces espaces et assurer leur protection. Cependant, il s’est fait fort de signaler que la pérennité de ces pâturages dépendent grandement de l’action des éleveurs de bétail et des exploitants. Sur le même registre, le ministre s’est répété en réitérant que la filière, viande en l’occurrence, souffrait d’un manque d’organisation et nécessitait l’adhésion des éleveurs.
Sur ce, il a indiqué l’intention manifeste des autorités publiques d’associer les abattoirs et les lier aux éleveurs. Il y a des zones d’élevage de bétail situées au fin-fond du pays et le gouvernement accorde une grande importance aux éleveurs et entend valoriser la production nationale de la viande, a tenu à rassurer le ministre. Après la fin de son intervention, la réunion a repris à huis clos mais lors d’un bref point de presse, Sid-Ahmed Ferroukhi a dit attendre que la présente rencontre avec la Fédération des éleveurs débouche sur la conclusion d’une sorte de feuille de route pouvant permettre, à terme, de mettre à la disposition du consommateur algérien une production de viande abondante et aussi de qualité. Pour rappel, la Fédération nationale des éleveurs a été créée en 2008 sous l’égide de l’Unpa. Cette fédération réunit les éleveurs des zones de concentration de l’élevage dans 18 wilayas du territoire national.
Mohamed Djamel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>