BENGRINA

REMANIEMENT MINISTERIEL : Ce qu’en pensent des partis politiques

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a procédé, dimanche soir, à un léger remaniement du gouvernement, maintenant ainsi Abdelaziz Djerad à la tête de l’Exécutif et la reconduction des ministres de souveraineté. Au sujet de ce lifting ministériel, des partis politiques ont réagi pour commenter ce que pense chacund’une décision prise à la veille de l’anniversaire du Hirak.

Mouvement El Nahda
En effet, le mouvement islamiste El Nahda a critiqué, hier, dans un communiqué de presse le remaniement du gouvernement Djerad, relevant une certaine « inflation ministérielle », vu qu’il ne correspond pas avec la politique de rationalisation des dépenses, précisant que ce changement « ne représente pas une priorité actuellement », notamment à l’approche des élections législatives.

L’analyste politique Makhlouf Sahel
L’analyste politique Makhlouf Sahel a confirmé, hier, lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale chaîne 1, que le remaniement gouvernemental opéré par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, reposait sur une « évaluation exacte » des différents secteurs, prenant en considération les « défaillances enregistrées » dans les derniers mois afin de donner une nouvelle impulsion au travail du gouvernement, ajoutant que « ce gouvernement aura des tâches précises dans le temps ».

Mouvement El-Bina
Le président du mouvement El-Bina, Abdelkader Bengrina, a espéré, hier, dans un communiqué de presse, à l’occasion du 2eme anniversaire du Hirak, que le remaniement ministériel sera un amendement qui redonne espoir dans les secteurs ministériels « paralysés » et cherche à prendre des mesures urgentes pour atténuer les impacts économiques et sociaux sur les citoyens en raison des conséquences de la crise sanitaire et économique après la chute des prix du pétrole. Autrement, de sorte à ce qu’il permette de préserver les emplois et de renforcer le pouvoir d’achat des citoyens et contre la bureaucratie.

Parti des Travailleurs
Le parti des travailleurs (PT) a estimé, hier, dans un communiqué, que ce remaniement partiel du gouvernement « n’est pas à la hauteur » des aspirations populaires, et ne permet pas « l’exercice par le peuple de sa pleine souveraineté. »
Sarah Oubraham