réhabilitation de la mosquée Sidi Lakhdar

Réhabilitation de la mosquée Sidi Lakhdar (Constantine) : Élaboration d’un nouveau cahier des charges pour la reprise des travaux

Un nouveau cahier des charges sera élaboré pour la reprise des travaux de réhabilitation de l’ancienne mosquée Sidi Lakhdar à Constantine, a indiqué samedi le wali Ahmed-Abdelhafid Saci Lors d’une visite à ce lieu de culte, à El Djazarine dans la vieille ville, le chef de l’exécutif local a instruit les responsables concernés à œuvrer à élaborer un nouveau cahier des charges avant la désignation d’une nouvelle entreprise «qualifiée et spécialisée» dans la restauration, a-t-on indiqué dans un communique émanant des services de la wilaya.

In situ, le même responsable a instruit l’actuelle entreprise chargée des travaux de réhabilitation de la mosquée Sidi Lakhdar, un chantier à l’arrêt depuis des années, de reprendre les travaux de la toiture de la mosquée pour préserver le site en attendant la reprise de sa restauration, a-t-on indiqué. M. Saci s’est également rendu à la maison qu’occupait Cheikh Abdelhamid Benbadis, dans la vieille ville, où il a instruit le directeur local de la culture à l’effet de préparer un dossier sur l ‘état de cette maison en vue de proposer sa réhabilitation. Considérée comme un des lieux de culte à grande valeur architecturale avec ses colonnes de marbre galbées et ses élégants chapiteaux sculptés, la mosquée Sidi Lakhdar construite en 1743, sous le règne du bey Hassan ben Hocine, fut le lieu où cheikh Abdelhamid Benbadis donnait des cours de tafsir (exégèse) et où les membres de l’association des Oulémas musulmans algériens, créée par le cheikh, planifiaient le grand projet d’une société algérienne réformée dans ses fondements religieux et culturels. Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, avait ordonné mercredi dernier, à la veille de la célébration de la Journée du Savoir (Yaoum El Ilm) le 16 avril de chaque année, la restauration de toutes les «vieilles mosquées» d’Algérie, rappelle-t-on «J’ai ordonné la restauration de toutes les vieilles mosquées d’Algérie, à leur tête la Mosquée de Sidi Lakhdar à Constantine où le Cheikh Abdelhamid Ben Badis donnait des cours de Tafsir (exégèse) et Hadith, notamment l’explication d’El Mouata de l’Imam Malek, qu’Allah lui accorde la Félicité», avait écrit le Président de la République dans son message adressé à cette occasion. Onze (11) mosquées dont celle de Sidi Lakhdar et huit (8) zaouïas de la vieille ville de Constantine étai ent concernées par les travaux de réhabilitation, lancés en 2014, dans le cadre des préparatifs de la manifestation, «Constantine, capitale 2015 de la culture arabe» et la plupart des chantiers sont actuellement à l’arrêt, rappelle-t-on. Des problèmes que l’administration locale qualifiait de «technique» liés, entre autres, au vide juridique dans le code des marchés publics concernant le cas des entreprises de restauration mixtes (bureaux d’études étrangers et nationaux) et la présence de ces monuments dans un secteur sauvegardé soumis à des règles particulières ont engendré l’arrêt des travaux dans les moquées Sidi El-Kettani, Sidi Lakhdar, Sidi Affane et celle de Djamaâ Lekbir notamment.