Bouhabini

RÉFUGIÉS SAHRAOUIS : Le Croissant Rouge appelle à l’accélération de l’aide humanitaire

Le président du Croissant Rouge sahraoui, Yahia Bouhabini, a exhorté les pays donateurs à accélérer leur réponse à l’appel lancé par les agences internationales pour atténuer les effets de la pandémie de coronavirus sur les réfugiés sahraouis, saluant la solidarité de l’Algérie avec le peuple sahraoui.

«Les réfugiés sahraouis n’ont pas quitté leur pays d’origine en raison de crises naturelles ou de pandémies destructrices. Ils sont partis à cause de la répression de l’invasion militaire marocaine qui voulait les anéantir », a soutenu M. Bouhabini, dans une contribution publiée mardi dans plusieurs médias, expliquant que « c’est ce qui a fait reconnaître au Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés leur statut, après avoir été accueilli, par l’Algérie sur son territoire, comme l’indiquent les Conventions de Genève ».
Le responsable sahraoui a ajouté que « les Sahraouis méritaient à juste titre le respect et l’admiration des organismes des Nations unies, des organisations humanitaires internationales et des pays donateurs pour leur impressionnante organisation, leur solidarité et leur approche communautaire, ainsi que pour avoir permis aux femmes d’accomplir des tâches dans la gestion institutionnelle ».
Abordant la situation des prisonniers politiques sahraouis détenus dans les prisons marocaines, qui « constitue une priorité nationale stratégique et leur défense est un devoir national sacré », le responsable sahraoui, a révélé qu’ »ils vivent dans des conditions précaires et subissent des violations et des pressions pour cesser de résister pour la cause nationale ».
« Notre inquiétude a augmenté après avoir reçu des informations fiables indiquant que le coronavirus s’est propagé dans les prisons marocaines, qui sont connues pour être surpeuplées, négligées et insalubres. Mais ce qui aggrave encore plus la situation, c’est le secret qui caractérise le régime marocain en la matière », a -t-il dénoncé.
Par conséquent, indique M. Bouhabini: « nous avons contacté diverses organisations du Croissant-Rouge et de la Croix-Rouge pour intervenir conformément au contenu des accords de Genève et en coordination avec le Comité national sahraoui des droits de l’Homme ».    »Le Croissant-Rouge algérien a répondu à notre appel et a fourni plus de 4 000 masques destinés aux prisonniers politiques sahraouis pour les protéger du virus. Le matériel a été remis au Comité international de la Croix-Rouge, qui a été invité à rendre visite aux prisonniers politiques sahraouis et à nous informer de leur véritable situation. Nous continuons de suivre la question avec persévérance et responsabilité », a-t-il expliqué.
M. Bouhabini a affirmé que depuis l’émergence de la pandémie de coronavirus, « nous avons contacté un nombre considérable d’agences des Nations unies, d’organisations humanitaires internationales et du mouvement de solidarité avec le peuple sahraoui pour insister sur l’importance de coordonner les efforts ».    »Nous voudrions également souligner la solidarité historique de l’Algérie avec le peuple sahraoui dans cette situation difficile », a-t-il exprimé.
Et d’ajouter : « Malgré son occupation en raison de ses propres besoins internes et de son soutien aux pays voisins, l’Algérie a de nouveau été l’exception: un hôpital de campagne a été mis en place en un temps record, pour les réfugiés sahraouis, où se trouvent toutes les spécialités et le matériel nécessaire, établi un pont aérien pour transporter l’aide humanitaire ».
« À cela s’ajoute son envoi à une délégation ministérielle pour transmettre un message de solidarité et de soutien, a-t-il encore énuméré.
Un autre élément qui mérite d’être souligné, est « le fait de prendre en charge les besoins de milliers d’étudiants sahraouis qui ont terminé leurs cours dans différentes provinces algériennes, et leur transport vers les camps de réfugiés sans contagion ».  « En résumé, nous saluons le soutien inconditionnel de l’Algérie et, en même temps, nous soulignons la réponse rapide des agences des Nations unies, des ONG et du mouvement de solidarité », a soutenu le responsable sahraoui.
« Bien qu’il soit hâtif d’évaluer le volume de réponses à notre appel, nous sommes globalement rassurés par le niveau d’implication. 15% du montant requis a été collecté », a-t-il conclu.
M. Bendib

SAHARA OCCIDENTAL
Le Codesa déplore le silence de la communauté internationale
L’Association des défenseurs des droits de l’Homme des Sahraouis (Codesa) a condamné le silence de la communauté internationale sur les souffrances des réfugiés sahraouis et les retards dans l’organisation du référendum sur l’autodétermination au Sahara occidental.
Dans un communiqué publié à l’occasion de la Journée internationale des réfugiés, le Codesa a exprimé « sa solidarité avec les réfugiés du monde entier, en particulier avec les réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf (Algérie) ». L’Association sahraouie a également appelé l’ONU et toutes les organisations internationales des droits de l’Homme à « tout mettre en œuvre pour mettre un terme à la tragédie et aux souffrances des réfugiés sahraouis » et à « leur permettre de retourner au Sahara occidental ». Le Codesa a lancé un appel pour l’organisation rapide d’un référendum d’autodétermination pour le peuple sahraoui, seule solution au conflit au Sahara occidental.  De son côté  le Groupe de Soutien de Genève pour la Protection et la Promotion des Droits de l’Homme au Sahara occidental, a dénoncé, les entraves du Maroc à l’organisation du référendum d’autodétermination du peuple sahraoui, en rappelant la situation « difficile » des réfugiés sahraouis.  Dans leur communiqué, les 213 membres du groupe rendent hommage au « Front Polisario et la République arabe sahraouie démocratique pour leur admirable administration des camps tout au long des 45 dernières années, qui a permis d’assurer un niveau de vie digne de toute la population, y compris l’accès aux soins et à l’éducation pour tous ». Ils rendent hommage, en particulier, aux « autorités algériennes pour l’accueil des réfugiés sahraouis qui s’inscrit dans la tradition historique algérienne d’appui aux mouvements de libération africains et d’ailleurs dans le monde et pour le soutien humanitaire et matériel qu’elles leur apportent ». Le  communiqué souligne que malgré les condamnations de l’occupation militaire du Sahara occidental par le Maroc, de la part du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU ainsi que de l’Organisation de l’Unité africaine et de son héritière l’Union africaine, le Maroc « persiste dans sa politique d’annexion illégale et bloque, depuis trois décennies, l’organisation du référendum d’autodétermination et d’indépendance du Peuple sahraoui prévu par la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée générale de l’ONU, ainsi que par le Plan de paix qui a porté à la création, en 1991, de la Mission des Nations unies pour le Référendum au Sahara Occidental (MINURSO) ».
M. B.