charfip3

RÉFERÉNDUM SUR LA RÉVISION CONSTITUTIONNELLE : Le « Oui » l’emporte avec 66,80% de voix

Sur les 24.475.310 électeurs inscrits sur les listes électorales-23.568.012 résidents en Algérie et 907.298 à l’étranger-, appelés dimanche, 1er novembre, à se prononcer sur le projet d’amendement constitutionnel, un chantier phare du président Tebboune, seuls 5.636.172 dont 45.071 de la communauté algérienne établie à l’étranger ont daigné se déplacer pour accomplir leur devoir électoral.

Soit un taux de participation national de 23,72 %, selon les chiffres communiqués, hier, par le président de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi. Lors d’une conférence de presse, tenue au CIC, au lendemain du scrutin, et consacrée aux résultats préliminaires du référendum, le chef de cette instance indépendante a annoncé la victoire du « Oui » avec un nombre de votants établi à 3.355.518, soit un taux de 66,80%, contre 33,20 % pour le « Non » soit 1.676.867 de voix.

633.885 bulletins nuls et 407 voix en litige
La participation de la communauté nationale établie à l’étranger est encore plus mitigée, avec seulement 4.09%, en raison, a expliqué M. Charfi, des incertitudes qui planaient sur de probables restrictions sur les déplacements des personnes à cause de la Covid-19, en citant notamment la France, ce qui a dissuadé les votants à faire le déplacement.
Évoquant, par ailleurs, la campagne de sensibilisation pour le compte du référendum, le conférencier a donné des chiffres sur les rassemblements et les rencontres de proximité animés.
Il a fait savoir, dans ce registre, que la société civile a assuré 965 rassemblements et 936 rencontres de proximité. Les partis politiques impliqués dans la campagne ont animé, quant à eux, 220 rassemblements et 33 sorties de proximité. De leurs côtés, les personnalités nationales ont organisé 48 rassemblements et 10 rencontres de proximité, alors que le staff gouvernemental, déployé en force la veille de la clôture de la campagne, a tenu 57 rassemblements et 12 rencontres de proximité.
Commentant le taux de participation jugé faible par les journalistes, M. Charfi a assuré que cela « ne pose pas de problème, ni sur le plan juridique ni sur le plan constitutionnel », estimant que le peuple algérien s’est uni pour le changement et l’édification de la nouvelle Algérie à travers justement cette nouvelle Constitution.
Le président de l’Anie est revenu également sur le malentendu qui s’est produit la veille au CIC où un nombre important de journalistes étaient cloués dans cette enceinte attendant une conférence qu’il devait animer. M.Charfi s’en lave les mains et affirme qu’il n’a jamais annoncé la tenue d’une conférence de presse pour la journée de dimanche et que la seule programmée était celle qu’il vient de tenir, endossant cet « incident » à des rumeurs infondées qui avaient induit les journalistes en erreur.
Il faut rappeler que c’est le deuxième scrutin organisé par l’Anie après l’élection présidentielle du 12 décembre dernier remportée par le chef de l’État actuel.
Il faut également souligner que les résultats définitifs seront proclamés dans une semaine par le Conseil constitutionnel qui devrait valider les résultats.
Brahim Oubellil