Charfi

PRÉTENDANTS À LA PRÉSIDENTIELLE : L’ANIE dispose d’une semaine pour statuer sur les dossiers

Le délai pour le dépôt des dossiers de candidature expire dans moins d’une semaine, soit samedi prochain. Les candidats à la candidature doivent, au préalable, prendre rendez-vous auprès des services de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), pour y déposer leurs dossiers à l’effet de se les faire valider. Selon l’article 141 de la loi organique relative aux élections, l’Autorité, que dirige l’ancien ministre de la Justice, Mohamed Charfi, dispose d’une semaine pour assainir les dossiers déposés, avant de rendre publique la liste des postulants retenus pour la course. La liste définitive des candidats « admis » sera donc connue, le premier samedi du mois de novembre prochain, et interviendra au lendemain d’un autre vendredi de révolte populaire en marche depuis le 22 février dernier. À ce titre, il convient de rappeler que le mouvement populaire rejette cette élection et la politique, jugée «de fait accompli», prônée par le pouvoir en place. Comme il exige aussi le départ de tous le système, les figures et les symboles qui l’incarnent avec. Le bras de fer semble s’installer dans la durée, et le mouvement ne compte pas faire des concessions. La marche du dernier vendredi est édifiante. Une véritable marrée humaine avait battu le pavé dans les rues et autres ruelles de la capitale et dans d’autres régions du pays, pour dire, encore une fois, «non» au scrutin du 12 décembre prochain. Selon des sources concordantes, sur les 145 prétendants ayant retiré les formulaires de candidatures, seuls cinq d’entres eux ont pu réussir l’épreuve de la collecte des signatures exigées par la loi pour pouvoir participer à cette élection. Il s’agit de Ali Benflis, président de Talaïe El Hourryat, Abdelaziz Belaïd, du Front El Moustakbel, du chef du parti Albinaa El Watani, Abdelkader Bengrina, et le candidat indépendant Abdelmadjid Tebboune.

Brahim Oubellil