Ministere

PLUSIEURS CONVENTIONS DE PARTENARIAT SIGNÉES ENTRE LE MINISTÈRE ET LE PATRONAT : Adapter la formation aux besoins réels du marché de travail

Après les établissements économiques et les sociétés industrielles pilotes, le secteur de la formation professionnelle vient de développer des partenariats avec des représentants du secteur privé pour améliorer la mise en place d’une main-d’œuvre qualifiée contribuant au développement durable. Hier, une convention de partenariat portant sur la promotion de l’apprentissage et de la formation continue, a été signée à Constantine, entre le ministère de la formation professionnelle, le forum des chefs d’entreprise (FCE), la confédération algérienne du patronat (CAP) et le club des opérateurs du secteur du tourisme. Cette convention se veut être un espace qui offre l’opportunité de créer un espace de concertation entre les formateurs et les professionnels du secteur privé pour améliorer la qualité de la formation. Une autre convention cadre a été signée hier, entre le ministère de la formation professionnelle et la Chambre de l’artisanat et des métiers (CAM), dans le but de favoriser le développement de l’artisanat. Cette dernière, notons-le, intervient dans une ère où plusieurs métiers de l’artisanat d’art ont disparu ou sont en voie de l’être, faute de «repreneurs.» La journée d’hier a été également marquée par la signature des décisions d’attribution de financement par le biais des différents  dispositifs d’aide à l’emploi de jeunes. La cérémonie de signature des deux conventions a été marquée par la présence du ministre de la formation professionnelle Mohamed Mebarki, qui a procédé, durant sa journée de visite, à donner le coup d’envoi officiel de la deuxième session de formation professionnelle (février). Réitérant l’engagement de l’État à «la formation professionnelle en vue d’accompagner efficacement le programme de développement du pays», le ministre Mebarki a déclaré à cette occasion que «le secteur de la formation est appelé à redoubler d’efforts pour améliorer davantage la qualité du produit de la formation et mieux répondre aux besoins effectifs de l’Économie nationale et ce, conformément au développement scientifique et technologique réalisé.» Le ministre a également exhorté tous les intervenants à « adhérer à la politique du gouvernement, notamment en matière de concrétisation du plan de travail du secteur pour l’année 2019, visant, entre autres, l’amélioration de la qualité et la généralisation du système de certification des formations en informatique, le renforcement des partenariats avec le milieu économique et la poursuite de la campagne de sensibilisation et de formation à la nouvelle architecture des diplômes du nouveau cursus de l’enseignement professionnel.» Par ailleurs, il est à noter que l’offre totale du secteur pour les deux rentrées de septembre 2018 et de février 2019 est de 400 000 postes de formation couvrant 23 branches professionnelles, proposées dans près de 1 300 établissements publics répartis à travers tout le territoire national.»
Mohamed Amrouni