tebbounep4

PLAN NATIONAL DE RELANCE SOCIO-ÉCONOMIQUE ET PROCHAINE RENTRÉE UNIVERSITAIRE : Deux dossiers sur la table du Conseil des ministres

Comme annoncé dans un communiqué par les services de communication du palais d’El Mouradia, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale présidera, aujourd’hui, une réunion périodique du Conseil.
Lors de cette réunion qu’il conviendra à tenir par visioconférence, le Conseil aura à se pencher en prime sur le plan national de relance socio-économique, et puis discuter du dossier portant rentrée universitaire scindé en deux volets : à savoir, achèvement de l’année en cours et préparation de celle à venir.
Sur le premier point cité, il est de notoriété publique que la relance, sinon le lancement pur et simple du programme socio-économique présidentiel à travers une réforme qui aboutirait à une nouveau modèle de croissance basé sur la création de richesses, la compétitivité et l’innovation, passe inéluctablement par des financements à l’appui. Sur ce registre, le problème ne se pose pas, puisque le chef de l’État compte puiser dans les réserves de change (environ 60 milliards de dollars) et les revenus pétroliers et agricoles (environ la somme de 50 Mds usd). Preuve en est, l’évacuation de l’option de l’endettement extérieur, maintes fois réitérée par le Président.
En revanche, le souci réside plutôt dans « la gestion » des ressources. Outre « la disponibilité des financements », Tebboune a instruit le gouvernement de réduire autant que faire se peut la facture des importations, comme l’idée par exemple d’interdire l’importation des produits fabriqués localement. Il sera attendu de cette réunion, que les ministères concernés par l’exécution du plan national de relance socio-économique, comme ceux de l’Industrie, les Finances, l’Energie, les Mines, l’Agriculture, l’industrie pharmaceutique et le Commerce, de faire le tour de la table pour assimiler, en prenant la mesure de coordonner tous les efforts, les orientations du chef de l’État.
À noter donc une réunion décisive à l’issue de laquelle les contours du plan national de relance socio-économique seront révélés. C’est d’autant plus encore, que cette feuille de route sera discutée au cours d’une rencontre nationale annoncée pour les 16 et 17 août prochains. Celle-ci regroupera le gouvernement et ministères impliqués dans le plan de relance, les chefs d’entreprise et le monde syndical et des travailleurs.
Question timing, ce Conseil intervient AU moment où la vie socio-économique commence à reprendre ses droits, eu égard aux dernières mesures du gouvernement allant dans le sens de rouvrir la voie vers un déconfinement, voulu « graduel contrôlé » pour ne pas subir le retour de manivelle face à la pandémie de Covid-19.
L’autre point inscrit à l’ordre du jour, notamment la rentrée universitaire prochaine, il sera question pour le chef de l’État d’écouter le topo de la situation du secteur suivi du rapport d’achèvement et l’année en cours et la préparation de la saison à venir. À l’exposé, le ministre de l’ESRS, Abdelbaqi Benziane, lequel avait annoncé, juillet dernier, l’élargissement des prérogatives et la décentralisation de la décision au profit des responsables des établissements universitaires. Autrement dit, charge à chacun de terminer l’année universitaire et d’en préparer la prochaine rentrée suivant l’évolution de la situation de la pandémie. Depuis lors, Benziane a dû se saisir du feedback des rectorats sur les deux questions, et en conséquence, il a élaboré un dossier ficelé pour rendre compte au chef de l’État du travail accompli.
Farid Guellil