Tebboune

PEUPLES TUNISIEN ET LIBYEN : L’axe Alger-Rome déclare son soutien

Sur deux dossiers sensibles dans la région, la Tunisie et la question libyenne, l’Algérie et l’Italie ont la même approche. Le président Abdelmadjid Tebboune l’a souligné lors du point de presse qu’il a animé, jeudi, avec son homologue italien, Sergio Mattarella, en faisant état d’ »une convergence totale de vues entre les deux pays concernant la Tunisie et la question libyenne ». Ce constat découle des entretiens au Palais présidentiel du Quirinal entre les deux chefs d’Etat, en tête-à-tête, puis élargis aux délégations des deux pays.

A propos de la Tunisie, l’Algérie est prête à l’aider à trouver une solution à ses problèmes, a déclaré le président Tebboune; quant au président italien, il a indiqué que l’accent a été mis sur la nécessité de « parvenir à asseoir les bases de la démocratie, à travers les élections et d’œuvrer à la réalisation de la stabilité économique pour faire face aux grandes difficultés que rencontre la Tunisie ». Idem pour la Libye: « nous sommes également disposés à aider davantage pour garantir la stabilité de la Libye », a affirmé le président Tebboune, estimant qu’ »au-delà de toutes les expériences des Nations unies, du Conseil de sécurité et des amis de la Libye, la seule solution reste les élections qui donnent la parole au peuple libyen et permettent la reconstruction de la Libye sur des bases démocratiques ».
Sur ce dossier, le président Mattarella a souligné la convergence de vues entre l’Algérie et l’Italie, insistant sur « l’appui des efforts déployés par les Nations Unies pour parvenir à une rencontre entre les parties libyennes, en vue de résoudre tous les problèmes et organiser des élections sur des bases démocratiques ».
Le président Mattarella a résumé cette convergence en soulignant que l’Algérie et l’Italie ont la même position et n’ont pas d’intérêts particuliers, leur seul intérêt étant le soutien des peuples tunisien et libyen.
Un axe Alger-Rome-Tunis avec prolongement prochain vers Tripoli, est-il en voie de naître, pour servir la paix et le développement dans la région? Sur fond de coopération bilatérale « stratégique », la « convergence totale » entre les deux pays « amis » porte sur les questions d’intérêt commun, qu’il s’agisse de la situation au Maghreb arabe ou en Méditerranée. « L’amitié solide et ancienne entre l’Algérie et l’Italie », comme l’a fait remarquer le président Tebboune, est un facteur puissant de rapprochement entre les deux pays dont, pourtant, l’un, l’Algérie, est non-aligné, et l’autre, l’Italie, est membre de l’OTAN. Mais, « ce que retient la mémoire algérienne de l’Italie, pays ami, est très positif, que ce soit avant ou durant la Guerre de libération nationale, à l’indépendance ou à ce jour », ajoutant « nos relations avec l’Italie, pays ami, ont toujours été au beau fixe (tout au long des décennies) », a fait observer le président Tebboune. À cela s’ajoute une « civilisation commune dans la Méditerranée », évoquée par le président Mattarella.
Les marques d’amitié manifestées par ses hôtes italiens à l’égard du président Tebboune n’ont pas manqué durant sa visite d’Etat de trois jours en Italie, où il est arrivé mercredi, à l’invitation de son homologue, le président Mattarella. D’abord, l’accueil solennel qui lui a été réservé, ainsi qu’à la délégation qui l’accompagne, aussi bien par son homologue italien que par le président du Conseil des ministres italien, Mario Draghi. Le chef de l’Etat s’est entretenu également avec la présidente du Sénat de la République italienne, Maria Elisabetha Alberti Casellati et le président de la chambre des députés, Roberto Fico. Le président Tebboune, accompagné du ministre de la Défense italien, Lorenzo Guerini, a déposé une gerbe de fleurs au pied de la tombe du « Soldat inconnu » à Rome.
Jeudi, le président Tebboune a été honoré par le Maire de Rome, Roberto Gualtieri, qui lui a offert une réplique de « la Louve Capitoline », symbole de la ville de Rome. Le président Tebboune a visité, ensuite, la prison « Mamertine » de Rome où le roi numide Jugurtha a été emprisonné.
M’hamed Rebah