Patrimoine Ahellil : l’appui aux activités des associations, un moyen efficace pour sa préservation

L’appui aux activités des associations concernées par les questions du patrimoine « constitue un moyen efficace » pour la préservation du patrimoine séculaire de l’Ahellil, ont indiqué des représentants du mouvement associatif de la région du Gourara (Timimoune).
Ils ont, dans ce cadre, évoqué les efforts louables fournis par les associations ainsi que l’important accompagnement et soutien des instances concernées, à différents nivaux de responsabilité, aux activités et initiatives tendant à la préservation du riche patrimoine immatériel faisant la fierté de la région du Gourara.
L’association « Tifaout N’Tiziri » (rayon de lune) de valorisation et de préservation de l’authentique legs de Timimoune s’est impliquée, dans ce sens, par l’édition de son 2ème tome du livre « Diwane Ahellil » (216 pages), constituant un complément de l’œuvre menée depuis l’année dernière pour la collection des poésies Ahellil (chants polyphoniques traditionnels) et des entretiens accordées par les Choyoukh et chanteurs d’Ahellil vivant dans le Gourara (Timimoune). L’association précitée s’est également attelée, cette année, à l’édition d’une publication semestrielle intitulée « Tiksrit » (système de distribution des eaux de foggaras) traitant de différents thèmes liés au patrimoine matériel et oral dans la région, notamment l’Ahellil. Elle a mis en exergue également certaines coutumes ancestrales relayées par la population locale, des efforts d’éminentes personnalités dans les domaines culturels et cultuels, dont les manuscrits et les ouvrages religieux, que l’Ahellil a véhiculé, a expliqué le président de l’association, Ousseddik Abdelhay. L’intervenant a, à ce titre, valorisé les différentes manifestations initiées à des fins de sauvegarde de ce patrimoine, tout en appelant à l’impératif soutien et accompagnement des associations concernées par le patrimoine à travers l’intensification de pareils évènements et la consolidation des échanges culturels pour mettre en exergue, et promouvoir à large échelle, le patrimoine culturel de l’Ahellil.
Le président de l’association culturelle « Ithrane Gourara » (étoiles du Gourara) pour la préservation du patrimoine, Nouredine Naâmaoui, a estimé, pour sa part, que la classement de l’Ahellil sur la liste du patrimoine universel constitue un fort appui à ce legs ancestral, dont l’organisation du 9ème festival national d’Ahellil en est un des fruits de cette promotion. Pour Naâmaoui, cet acquis a été renforcé par un concours lyrique regroupant les associations versées dans ce genre de patrimoine, pour contribuer à son perfectionnement et à sa préservation, ajoutant que son association œuvre à sauvegarder ce legs, en prenant part, à chaque fois que l’occasion se présente, à des évènements culturels régionaux et nationaux, dont le dernier en date a été la manifestation « Constantine, capitale 2015 de la culture arabe ».
Le président d’Ithrane Gourara » a mis l’accent également sur la nécessaire sélection, selon des critères judicieux, des associations appelées à prendre part au festival d’Ahellil, afin d’apporter un plus au patrimoine. Il a invité les concernés par ce genre de manifestation culturelle à réfléchir sur l’aménagement du calendrier du festival, vers les vacances scolaires du printemps, et désigner le lieu de son déroulement, soit près des sites archéologiques des communes du Gourara partageant ce patrimoine, en vue d’y impulser aussi l’activité touristique, a-t-il dit.
La 9ème édition du festival national d’Ahellil, qui a débuté mardi soir, se poursuit à Timimoune (220 km Nord d’Adrar), par l’animation de soirées artistiques et l’organisation, au niveau théâtre en plein air, d’un concours lyrique avec la participation de troupes et associations versées dans ce genre.