ZITOUNIP3

PARTICIPATION AU GOUVERNEMENT : Le RND dit « oui »

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni, a annoncé officiellement la participation de son parti au gouvernement d’Aymen Benabderrahmane, s’engageant à travailler en coordination dans le cadre d’une stratégie nationale inclusive pour relancer l’économie nationale.

En effet, lors de la seconde session du Conseil national du parti, organisée hier au Centre International des Conférences (CIC), à Alger, Zitouni a révélé avoir accepté l’offre du président de la République Abdelmadjid Tebboune, concernant la participation dans la composante du nouvel Exécutif, précisant à ce sujet que son retour au gouvernement sera « efficace » pour lutter contre la corruption, la bureaucratie et participer davantage à la relance économique à travers l’application des lois dans le gouvernement et leur législation dans l’APN. Cependant et dans ce même sillage, il déclara « notre parti ne saurait refuser l’offre du président de la République, d’autant plus que nous avons des compétences qui peuvent participer à l’effort de réparation du pays », ajoute le SG du RND, mais, poursuivit-il « nous resterons vigilants contre toute forme de dérives et nous serons toujours aux côtés du peuple ». Appelant, dans ce cadre, la classe politique et nationale ainsi que tous les acteurs de la société à travailler ensemble dans une vision nationale inclusive, rappelant que cette initiative ne sera pas difficile vu que tous les acteurs de la scène nationale sont pour l’unité nationale et l’intérêt du pays. Également Zitouni a affirmé, dans son allocation, que la relance économique ne peut se réaliser sans l’implication de tous, soulignant l’impératif et l’urgence de lutter contre la corruption, la bureaucratie administrative.

Zitouni rejette toute idée de « réconciliation économique »
Évoquant la lutte contre la corruption, le SG du RND a parlé de certaines voix qui appellent, selon lui à la « réconciliation économique » à laquelle, rappelons-nous, le président du Front El- Moustakbal Abdelaziz Belaïd a plaidé lors de sa campagne électorale pendant les législatives du 12 juin, proposant de « blanchir » les hommes d’affaires impliqués dans des affaires de corruption et les intégrer dans la vie politique et économique. Sur ce, Zitouni et sans le nommer, a critiqué cette proposition en la rejetant catégoriquement, « le RND refuse de négocier avec cette catégorie qui ont volé l’argent du peuple », « on croit à la justice algérienne et cet argent devrait être récupérer » ajoutant que personne ne peux décider du sort de ces derniers à la place du peuple. Avant de conclure que « la lutte contre la corruption reste une obligation et une priorité».
En outre, le même SG a salué les efforts du président Tebboune dans cet égard tout en louant celles de l’ANP concernant la protection des frontières et la lutte contre le terrorisme.

La révision de la loi électorale, « une nécessité »
Parlant du processus électoral et sa participation dans les législatives dans lesquelles son parti a obtenu 58 siéges à l’APN, Zitouni a dénoncé la mauvaise gérance de l’administration, et l’existence de la fraude qui seraient, selon lui, « circonscrites » à certaines wilayas. Affirmant, dans ce registre, que la nouvelle loi électorale a prouvé son échec, et qu’il faut, en toute urgence, la réviser.
Parlant par ailleurs, des affaires internes du parti, le SG a souligné que le RND a subi plusieurs coups de boutoir, ces derniers temps notamment après le Hirak, mais « il reste toujours débout, car il est profondément enraciné dans les profondeurs du peuple » rassure-t-il. Pour ce qui est de la politique extérieure du pays, le parti a réitéré ses positions concernant les questions palestinienne et sahraouie pour la liberté et leurs indépendances.
Sarah Oubraham

UNE INITIATIVE DU RND
Test PCR obligatoire avant d’accéder à la salle de conférences

Une première depuis le début de la pandémie corona en Algérie, le parti du Rassemblement national démocratique a fait une bonne initiative lors de son Conseil national au CIC au profit des invités, la presse, les militants, les organisateurs… Il s’agit de test covid anti génique pour chaque invité avant d’entrer à la salle de conférence où ce tient son Conseil national, dont les résultats (du test) sont connus au bout de 15mn. Cette initiative a permis de détecter des cas positifs de covid chez certains présents, et les renvoyer pour arrêter la propagation du virus dans la salle. Cette initiative devrait se généraliser chez les organisateurs de tels évènements telles les rencontres, les conférences et autres activités et pourquoi pas la rendre obligatoire parmi les mesures de préventions.
Sarah O.