Bekka

Para-athlétisme/Mondiaux-2019 : Les athlètes algériens visent 18 médailles

Vingt-deux athlètes représenteront l’Algérie aux Championnats du monde de para-athlétisme (handisport), prévus du 7 au 15 novembre à Dubaï, avec le grand défi de ramener une moisson de 18 médailles dont deux en or, selon les pronostics émis par les entraîneurs nationaux.
La délégation algérienne, composée de 37 personnes dont neuf entraîneurs, est à pied d’œuvre depuis dimanche à Dubaï pour s’acclimater avant d’entrer en lice dans une compétition qui drainera l’élite du para-athlétisme, étant donné qu’elle est qualificative aux Jeux Paralympiques de Tokyo-2020. D’ailleurs, les organisateurs annoncent une participation record de plus de 1.400 athlètes (hommes et dames) issus de quelque 120 pays. «Vu la notoriété du para-athlétisme algérien, nos athlètes seront devant le défi d’honorer les couleurs nationales et de revenir avec de bonnes performances.
Les entraîneurs tablent sur un total de 18 médailles dont deux en or. Ce pronostic a pris en considération la valeur des athlètes et la préparation dont ils ont bénéficié», a indiqué le Directeur technique national (DTN) de la Fédération algérienne handisport (FAH), Mokhtar Gouasmi.
En prévision des Mondiaux, les Algériens ont bénéficié d’une préparation, jugée «insuffisante» par les entraîneurs et athlètes. La FAH dit elle avoir mis les moyens dont elle disposait pour programmer des stages aux athlètes et leur permettre de préparer les joutes de Dubaï. «Tous les athlètes concernés par ces Mondiaux ont bénéficié de deux stages à l’étranger (Turquie et Pologne), en plus de stages individuels à la demande des entraîneurs. Il y a ceux qui ont peaufiné leur travail au Maroc et en Ethiopie, d’autres ont préféré les commodités et moyens offerts par les centres de regroupement de Chlef, Annaba, Sétif, Tikjda (Bouira) et Alger», a tenu à éclairer le DTN.
Outre les athlètes connus pour leur palmarès déjà riche en athlétisme, à l’image d’Abdellatif Baka, Nassima Saïfi et Nadia Medjmedj, entre autres, d’autres jeunes ont été intégrés en équipe nationale après avoir tapé dans l’oeil de la DTN qui a voulu les lancer dans le grand bain.
«40% de l’effectif présent à ces Mondiaux est composé de jeunes talents, à l’image de Mehideb Ahmed, Farhah Walid et Kheilaïfia Salah dont ce sera le baptême du feu», a indiqué Gouasmi, précisant que plusieurs jeunes athlètes algériens ont passé avec succès la fatidique épreuve de classification lors du dernier meeting de Tunis. Pour le DTN, le rajeunissement de l’effectif dans les différentes disciplines est inévitable «si le handisport algérien veut rester dans le gotha mondial». «L’avenir appartient à ces jeunes athlètes qui doivent être suivis de près pour éviter leur déperdition, surtout que le niveau de l’athlétisme et même celui des autres disciplines en handisport connaît une évolution rapide et il est devenu très difficile aux athlètes de s’affirmer», a-t-il expliqué. Afin d’encadrer les athlètes algériens sur place à Dubaï et les mettre dans les meilleures conditions possibles pour réaliser les résultats escomptés, la FAH a intégré dans la délégation pas moins de neuf entraîneurs. à noter que lors de leur dernier regroupement à Alger, sept des athlètes retenus pour les Mondiaux ont eu une visite inopinée des délégués de l’AMA (Agence mondiale antidopage) pour passer un contrôle, à la veille du départ pour Dubaï.