Essai Ammar Belhimer

« Par quel droit tenir le Net », dernier ouvrage de Ammar Belhimer : Bienvenue dans « la Matrice » !

Le professeur Belhimer, également ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, jouit d’une parfaite maitrise de l’art de ciseler les mots, ainsi que celui des technologies de pointe. L’alchimie qui s’en cristallise permet une vulgarisation de notions et de termes d’ordinaire inaccessibles au commun des mortels.

Mieux, le livre de Belhimer, qui permet de comprendre que l’Internet ce n’est pas seulement publier ses états d’âme –pour ne pas dire d’âne- mais représente carrément un immense enjeu dont dépend la planète ainsi que toute l’humanité. Plongée dans cet univers diffus et immatériel du 2.0, des échanges numériques, de l’info désormais quantifiée et monnayée…
Ecrivain prolixe et, serais-je tenté d’ajouter, touche-à-tout, l’actuel ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, vient de signer aux prestigieuses éditions de l’ANEP, un livre-évènement dont la thématique choisie par tout un chacun. L’essai, qui traite du droit de disposer d’Internet, mais aussi de réguler, voire de monnayer ce fantastique instrument, a en effet toutes les chances de faire date.
Ecrit dans un style fluide, compartimenté en petits articles, cet ouvrage, au demeurant d’abord abrupt, use d’un procédé de vulgarisation rendant l’accès aux importants sujets et thèmes traités particulièrement facile et compréhensible, ce qui n’est franchement pas peu dire. Magicien du verbe et de la « com », l’auteur, qui prend par la main son lecteur pour le guider pas-à-pas dans les dédales de la toile, sème des titres accrocheurs comme autant de petits cailloux pour baliser un cheminement dont on sort ragaillardi. Il est vrai, en effet, qu’un homme averti en vaut deux. Et les évènements se précipitent à la vitesse grand V. Ce livre, bardé de références et de citations d’experts ayant exploré plusieurs domaines et pistes, est une preuve formelle qu’un minutieux travail de fond a été mené. Nul doute que nous tenons bien en main un authentique document de référence et de réflexion destiné à aiguiller les réflexions et la recherche des générations montantes. Hier encore, la communication carburait et circulait grâce au minitel, ancêtre de l’Internet moderne. Hier encore, les dépêches des agences de presse mettaient un temps fou pour s’imprimer, prendre corps au sein de toute les rédactions du monde. Mais aujourd’hui, le dernier des quidams peut se transformer en médias, et en multimédias, à lui tout seul. La révolution n’est pas seulement en marche. Elle est en plein accomplissement. L’ampleur des enjeux est tout simplement énorme. Se mesure carrément à la taille de l’univers dans son entier. Normal aussi que cette « révolution, dont nous n’avons pas pleinement conscience, aiguise les appétits de toutes les puissances de la planète. Un contrôle des flux, avec le risque que ces derniers soient également monnayés, n’est pas non plus écarté. Une mise en garde spéciale contre le plus célèbre des réseaux sociaux, et le plus prenant d’entre eux, est également adressée au lecteur. Même le Mossad, redoutable machine des services secrets sionistes, n’échappe pas à ce scanner, glaçant de froide lucidité. Normal que les milliards de milliards d’infos qui circulent sur cette insondable toile et partout dans le monde toutes les fractions de seconde soient là pour attiser toute les convoitises, ainsi que les yeux et les oreilles de tous les espions et barbouzes du monde. Quels moyens efficaces existent pour se prémunir de ce « big brother qui, désormais, sait tout, absolument tout, sur chacun d’entre nous. In fine, si nous sommes devenus intégralement dépendants de ces flux, sans lesquels plus rien ne marcherait, ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre, nous réservent peut-être de mauvaises surprises. Or, si l’avenir s’annonce sombre, sinon incertain, Belhimer conclut son essai sur une note optimiste. Le potentiel africain, presque pas exploré, est carrément qualifié d’ « eldorado ». Le chemin vers tous les possibles, et même vers l’impossible, s’ouvre à nous à grands vantaux. Attention à se prendre les pieds dans le réseau, quand bien même serait-il sans fils.
Mohamed Abdoun

Par quel droit tenir le net ?
Edition ANEP
2020
220 pages