Ould Kaddour

OULD KADDOUR AVOUE ET PROMET DE REVOIR LES SALAIRES DES EMPLOYÉS : «Le personnel de Sonatrach est sous-payé»

Le P-DG de Sonatrach a promis d’examiner les salaires des travailleurs du groupe pétrolier. S’il ne le dit pas en ces termes, il pleure sur le sort du personnel le plus sous-payés dans le secteur à travers le monde. Serait-il en effet possible de réviser les salaires des centaines de milliers de travailleurs de l’entreprise publique ? Rien n’est moins impossible même si cette déclaration pourrait passer pour un effet d’annonce, tant les salariés n’ont encore rien vu venir.
En pérégrination dans le sud du pays qui l’a conduit dans les wilayas de Tamanrasset, Aïn-Salah, Adrar et Timimoune, le PDG de Sonatrach, Abdelmoumène Ould Kaddour, a fait un aveu de taille au sujet des salaires des travailleurs du groupe. Il en classe le niveau dans le bas du tableau par rapport aux compagnies nationales pétrolières en activité à travers le monde. Toutefois, il s’engage à réviser les salaires à partir de l’année prochaine et annonce d’ores et déjà l’élaboration d’une étude sur le terrain pour relever le niveau des salaires. S’exprimant devant plusieurs chaînes de télévision nationales, mardi soir, le patron, qui assoit sa politique sur la stratégie projetée à l’horizon 2030 «SH 2030», dit faire de la ressource humaine une priorité pour le groupe qu’il dirige depuis mars 2017. «Le chantier le plus important de Sonatrach pour 2019 c’est la ressource humaine et son organisation devra être revue. À titre d’exemple, on a fait une étude pour voir comment le personnel de Sonatrach est payé. De tous les pays du monde qui ont des compagnies nationales pétrolières, la Sonatrach est classée la dernière du point de vue des salaires. On ne peut pas continuer comme ça», avoue Ould Kaddour qui va jusqu’à justifier la saignée causée dans le personnel du groupe, dont il rappelle la perte de 16 000 employés ces dernières années, à cause justement du niveau bas des salaires.
«Preuve en est, au cours de ces dernières années on a perdu 16 000 employés. Et si on continue à perdre des employés, il est impossible de pouvoir tenir le cap de qualité que nous avons», a-t-il expliqué allusion aux difficultés d’un tel état de fait sur l’accompagnement par la ressource humaine dans la mise en application sur le terrain de la nouvelle stratégie du groupe.
Farid G.