Nouvelle loi sanitaire : Satisfecit du Cnop

L’activité pharmaceutique occupe-t-elle une place dans la nouvelle loi sur la santé ? Telle est la problématique abordée, hier, lors de la Conférence internationale sur la pharmacie, organisée, à l’hôtel El-Aurasssi, sous le thème «L’Exercice de la pharmacie, Politique du médicament et Réforme de la loi sanitaire». Mettant en exergue les «larges consultations », engagées par les autorités pour la promulgation de ladite loi, le président du Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (Cnop), Lotfi Benbahmed, a tenu à assurer, devant un parterre de journalistes et d’ambassadeurs et représentants médicaux étrangers, qu’en dépit des difficultés et le peu d’informations collectées, les pharmaciens sont un trait d’union entre le médecin et les patients. À cet égard, il a rappelé le rôle important de la carte “Chifa” qui retrace l’historique des soins dont a bénéficié son patient. S’étalant davantage sur la nouvelle loi sanitaire, Benbahmed a indiqué que l’activité pharmaceutique est «mieux» prise en charge par celle-ci intégrant la « plupart » des attentes de la corporation. De surcroît, le président du Cnop a assuré que «toutes les recommandations» inhérentes au volet de l’exercice officinal ont été «prises en compte» par la nouvelle loi sanitaire. Donnant plus de précisions, il dira qu’il s’agit essentiellement de la «réaffirmation» du monopole et de l’exercice personnel du pharmacien d’officine, dans le sens où ce dernier demeure « l’unique » propriétaire et gestionnaire de celle-ci et dont il a la « responsabilité». En outre, pour Benbahmed, la nouvelle loi a prévu un statut pour le pharmacien assistant et stipule le rôle joué par le pharmacien dans «l’éducation thérapeutique» du patient, dans la mesure où il assure des services liés à la santé. Dans le même sillage, pour l’intervenant la nouvelle loi sanitaire octroie au pharmacien plus de responsabilités. Désormais, le rôle du pharmacien ne se limitera plus à délivrer des médicaments. Ce dernier sera aussi impliqué dans la prise en charge des malades. Le président du Cnop a estimé que le pharmacien n’est pas le dernier maillon de la chaîne des soins. D’autant plus, la nouvelle loi sanitaire octroie de nouveaux rôles au pharmacien. Pour ce qui est de l’industrie et la distribution du médicament, l’intervenant s’est félicité que le nouveau texte de loi ait pris en considération les attentes de la profession s’agissant de ces activités. À cet effet, il a précisé que «le nouveau projet de loi a intégré toutes les propositions concernant l’élargissement de la définition du médicament avec la notion de bio-similaire, des médicaments à non prescription obligatoire, mais aussi et surtout la notion de responsabilité pharmaceutique avec l’édiction de bonnes pratiques professionnelles pour toutes les catégories d’exercice». Le statut des établissements pharmaceutiques est, par ailleurs, «mieux précisé» et leurs responsabilités « plus cernées », s’agissant, notamment de la responsabilité des médicaments commercialisés, a poursuivi Benbahmed, saluant également la mise en place d’une Agence du médicament, ainsi que l’adoption de nouvelles dispositions d’enregistrement « liant la fixation des prix au remboursement ». L’officine porte également la notion d’établissement pharmaceutique dans le cadre de la nouvelle loi. «Jusqu’au jour d’aujourd’hui, nous avions des établissements qui étaient grossistes, des producteurs ou des importateurs et leurs statuts n’étaient pas bien définis, mais le statut d’établissement permettra de mettre en place de bonnes pratiques et assurer la disponibilité des produits pharmaceutiques et leur qualité, notamment par la territorialité de la décision d’enregistrement (AMM)», a poursuivi Benbahmed. Cependant, pour le président du Cnop , il est impératif que l’intégration de certaines résolutions «unanimement» adoptées en juin 2014, lors des assises nationales sur la santé consacrées au nouveau projet de loi. Il est à noter que des pays étrangers ont pris part à cette conférence. Il s’agit, entre autres, des Ordres nationaux des pharmaciens de France, de Mauritanie, du Liban, du Maroc et de Tunisie. Ces derniers ont mis en relief les expériences de leur pays en matière d’organisation de l’activité pharmaceutique.
Lamia Boufassa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>