Macron

NOUVEL ENTRETIEN TÉLÉPHONIQUE TEBBOUNE-MACRON : L’axe Alger-Paris se renforce

Le net réchauffement des relations entre l’Algérie et la France se précise. Les échanges téléphoniques entre Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune et son homologue français Emmanuel Macron sont devenus réguliers.

Tebboune a reçu, jeudi, un appel téléphonique de Macron, indique un communiqué de la présidence de la République. Un entretien qui a notamment donné lieu à un large tour d’horizon de nombre de questions inscrites à l’agenda bilatéral, notamment celles liées à la mémoire et au centre desquelles s’est retrouvée celle de la restitution, le 3 juillet dernier, des vingt-quatre restes de combattants de la résistance algérienne, comme ceux qui demeurent encore à rapatrier et du besoin de travailler à la réconciliation des mémoires des peuples des deux pays », précise la même source. Les deux présidents ont eu également l’occasion de s’entretenir de la situation prévalant dans la région, notamment en Libye et au Sahel, ajoute le communiqué. À cette occasion, le président Tebboune, comme le président Macron, « sont convenus de maintenir la coordination et la concertation entre les deux pays, en tant qu’acteurs incontournables dans la région, et de lancer un certain nombre d’initiatives visant à promouvoir des solutions politiques aux crises qui y prévalent », précise -t-on.C’est le troisième entretien en moins de six semaines entre les deux chefs d’État particulièrement soucieux de la relance des relations bilatérales et particulièrement préoccupés par les développements dangereux de la situation en Libye et au Sahel , au lendemain du sommet du G5 de Nouakchott. Sur le plan mémoriel le président Tebboune lors d’un entretien à une chaîne de télévision du service public français, a estimé que le président Français est « propre » dans sa relation à l’égard de la lourde histoire et du passif de la France coloniale. Pour rappel, en décembre 2017 à Alger, celui qui allait présider aux destinées de son pays s’était engagé à restituer les crânes de grands résistants algériens entreposés depuis le XIXe siècle dans les collections du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris. La même année, il avait qualifié, également depuis Alger, la colonisation de l’Algérie « de crime contre l’humanité ».
Il est évident que la question de la mémoire reste au cœur des relations entre la France et l’Algérie, tant que l’ensemble du contentieux à ce sujet entre les deux pays n’est pas apuré.

Des historiens algériens rappellent qu’il reste en France près de soixante crânes de nos résistants contre l’invasion française de l’Algérie, dont ceux ayant combattu contre la prise de Constantine en 1837
À ce titre, des historiens algériens rappellent qu’il reste en France près de soixante crânes de résistants contre l’invasion française et notamment ceux qui ont combattu lors de la prise de Constantine en 1837. Pour ce qui est des relations bilatérales, l’entretien qui s’est déroulé dans « une ambiance empreinte de parfaite cordialité et d’amitié partagée, a permis aux deux présidents de passer en revue les relations bilatérales pour convenir de reprendre les contacts au plus haut niveau et de relancer la coopération dans tous les domaines », a précisé le communiqué de la présidence de la République. On relève également « la concordance des points de vue », notamment à propos de la situation en Libye et au Sahel. « L’entretien a permis aux deux présidents d’avoir un échange de vues sur les questions régionales d’intérêt commun, à la lumière des derniers développements de la situation au Sahel et en Libye, sur lesquelles une concordance sur les points de vue s’est dégagée », lit-on encore dans le communiqué. Abdelmadjid Tebboune et Emmanuel Macron ont eu un premier entretien téléphonique mardi 2 juin, au cours duquel ils avaient « exprimé leur solidarité face à la pandémie de Covid-19, fait le point sur la situation au Sahel et en Libye et affirmé leur volonté de travailler ensemble pour la stabilité et la sécurité dans la région », « dans l’esprit d’amitié, de coopération et de respect mutuel de leur souveraineté qui anime les relations entre la France et l’Algérie ». Le dernier contact entre les deux chefs d’État remontait au 17 mars, par téléphone également, avant que les relations entre les deux pays ne passent par une période de froid qui a atteint son paroxysme le 28 mai, avec le rappel par l’Algérie de son ambassadeur en France suite à la diffusion par des chaînes de télévision publiques françaises de documentaires jugés tendancieux sur la situation en Algérie. Le 12 juin, le président Tebboune a déclaré qu’il n’avait aucun problème avec Emmanuel Macron, imputant les turbulences dans les relations entre les deux pays à des « lobbies » hostiles à la bonne entente entre Paris et Alger . «J’ai dit par rapport à la France qu’il y a des lobbies, et nous avons évoqué ce sujet, qui cherchent à allumer le feu, parce que la France et l’Algérie sont deux pays indépendants, deux grands États, un en Afrique et l’autre en Europe. Il faut qu’on travaille ensemble, mais il ne faut pas laisser ces lobbies nous conduire sur une autre voie, celle de la confrontation, nous avons nos enfants là-bas. Ne serait-ce que pour eux, on est obligés de travailler avec ce pays », a-t-il indiqué lors d’une de ses rencontres mensuelles avec la presse nationale.
M. Bendib