djilali_sofiane2

NON-DITS DE L’AUDIENCE PRÉSIDENTIELLE ACCORDÉE À SOFIANE DJILALI : Vers une libération «rapide» des détenus d’opinion

Dans une déclaration postée sur sa page facebook, Sofiane Djilali, le président de Jil El Jadid, a rendu publique la teneur de sa rencontre avec le président Tebboune, dans le cadre des consultations sur la situation générale du pays et le projet d’amendement de la Constitution. Au cours de cette entrevue, qui a duré près de deux heures, selon la même source, le chef du parti d’opposition a insisté sur la nécessité de la libération de tous les détenus d’opinion, en évoquant, notamment les noms de Karim Tabbou, Samir Belarbi, Fodhil Boumala, et d’Abdelwahab Fersaoui du RAJ. Sofiane Djilali, qui qualifie les échanges d’ « approfondis et sérieux », a fait savoir que le Président lui avait assuré qu’il suivait de près ces questions et que le processus judiciaire en cours permettra une libération rapide de celles et ceux qui sont en détention pour raison d’opinion.

Tebboune et l’ouverture des médias
S’agissant de l’ouverture des médias et la liberté d’expression en générale, M.Djilali, a évoqué avec insistance cette question, en demandant au Président d’assurer une véritable ouverture des médias et la libération de tous les sites actuellement bloqués. Sur cette question, le président de la République a affirmé, toujours d’après la même source, que ce dossier devra trouver une solution dans un proche avenir. Le projet de la nouvelle Constitution, en voie d’élaboration, était également au centre des discussions entre les deux hommes lors de cette rencontre tenue mardi, au siège de la Présidence.

Des débats télévisés sur le projet constitutionnel
À ce sujet, M.Djilali dit avoir la confirmation auprès du Président qu’une fois cet avant-projet remis par la commission chargée de sa rédaction (Comité d’Experts), il sera soumis à un très large débat, où sont conviés la société civile et les partis politiques. Une première, peut- être, dans les annales des médias algériens. Des débats contradictoires sur la question seront organisés par les médias audiovisuels publics, et ceux-ci seront ouverts à l’opposition, rapporte Sofiane Djilali, qui précise qu’à l’issue du débat, des amendements, des rajouts ou des changements consensuels seront pris en compte. Pour les changements proposés par la Présidence, il s’agira de diminuer les prérogatives du président de la République, de renforcer le Parlement qui aura le pouvoir d’auditionner publiquement les ministres dans leur gestion et de censurer le gouvernement. Enfin, une séparation réelle sera opérée entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire. Dans cette optique, Djilali Sofiane a donné sa vision des choses et a surtout plaidé pour une clarification des dispositions constitutionnelles pour délimiter le champ du pouvoir sécuritaire, séparer le militaire du civil, tout en donnant les moyens à une sécurisation de l’État. L’autre point auquel a tenu le président de Jil El Jadid est la nécessité d’aller, et ce, après le référendum sur la Constitution, vers un amendement de la loi électorale et une élection législative serait envisageable avant la fin de l’année en cours. D’autres questions étaient également débattues entre le chef de l’État et son invité. Selon le chef de JJ, il s’agit de la démocratie participative, la territorialisation du découpage administrative, la refonte du fonctionnement des collectivités locales et la mise en cohérence des régions pour un développement économique et citoyen.
Brahim Oubellil