Mustapha Berraf s’engage : «Mekhloufi et Hellassa seront bien pris en charge en prévision des JO»

Le président du Comité olympique algérien (COA), Mustapha Berraf, s’est engagé à donner tous les moyens au champion algérien, Taoufik Mekhloufi, médaillé d’argent aux 1 500 mètres, lors des précédents championnats du monde d’athlétisme à Doha, afin de s’illustrer à nouveau au cours des Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo.
Mustapha Berraf a également rappelé, dans une déclaration au ‘’Courrier d’Algérie’’, qu’il avait tout le temps œuvré pour que cet athlète obtienne la médaille de l’ordre du mérite national.
«Cette distinction, il a fini par l’avoir à mon grand bonheur», s’est-il réjouit. Le patron du COA a promis également d’apporter tout le soutien et l’aide de sa structure au jeune karatéka algérien Ayoub Anis Helassa (-55 kg/juniors) qui vient de remporter le titre mondial  »kumite » de sa catégorie. Le président du COA s’est aussi engagé à l’assister pour «offrir d’autres trophées à l’Algérie, notamment lors des prochains Jeux Olympiques de la jeunesse prévus en 2022 au Sénégal», a-t-il dit.
Par ailleurs, notre interlocuteur a évoqué la prochaine édition des Jeux méditerranéens (JM) qu’abritera Oran en 2021, estimant que cette manifestation ne concerne pas seulement cette ville mais toute l’Algérie«La mobilisation de tout un chacun pour réussir cet évènement est des plus nécessaires. Il ne s’agit pas là d’une affaire qui concerne uniquement Oran et ses autorités, mais de toutes les villes algériennes», a-t-il insisté. Il s’agit de la deuxième fois que l’Algérie organise cet évènement sportif régional après avoir accueilli à Alger l’édition de 1975, rappelle-t-on. «Nous voulons faire d’Oran une grande métropole du Bassin méditerranéen. C’est là notre premier pari à travers l’organisation des JM dans la capitale de l’Ouest. La contribution de tout un chacun est donc des plus souhaitables, car cette épreuve sera un tournant pour Oran», a ajouté Berraf. Il s’est dit au passage « confiant » quant à la réussite de cet évènement. «L’implication des pouvoirs publics est totale dans ce registre, comme l’atteste la création d’une commission interministérielle par le Premier ministre, Noureddine Bedoui, qui a donné une impulsion particulière aux projets des infrastructures sportives accusant jusque-là du retard», a-t-il souligné.
Hakim S.