Maire

Mort suspecte du maire de Aïn-Babouche, à Oum El-Bouaghi

Le président de l’APC d’Aïn-Babouche, commune de la wilaya d’Oum El-Bouaghi, le dénommé Lazhar Tiab, a été trouvé mort, ce jeudi, dans son bureau, et dont le corps présentait des brûlures. « La cause du décès n’a pas encore été déterminée, mais il pourrait s’agir d’un acte criminel ou d’un suicide », selon une source sécuritaire citée par l’APS. De son côté, la Protection civile a indiqué dans un communiqué que ses éléments de l’unité d’Aïn Babouche ont évacué le corps de l’édile communal vers la morgue de l’hôpital Mohamed-Boudiaf du chef-lieu de wilaya. La victime, âgée de 58 ans a été trouvée inanimée dans son bureau et atteinte de brûlures de « troisième degré » au niveau du visage et de la poitrine. Les éléments de la police scientifique se sont rendus sur le lieu du drame pour enquêter sur les causes du décès, selon la même source.

Le procès de Saïd Djabelkhir reporté au 1er avril
Le procès de l’islamologue Saïd Djabelkhir, chercheur en soufisme algérien, qui devait avoir lieu jeudi dernier, a été reporté au 1er avril prochain 2021 pour se tenir au tribunal de Sidi-M’Hamed, à Alger. Saïd Djabelkhir devra comparaitre suite à une plainte portée contre lui par un professeur de l’université de Sidi Bel Abbès, en la personne de Bachir Bouyedjra Abderezzak. L’islamologue est ainsi poursuivi pour « atteinte aux préceptes de l’islam», « atteinte et moquerie aux hadiths authentiques de la sunna du Prophète (QSSSL)». L’audience a été reportée à la demande des avocats de l’accusé, qui n’était représenté que par un seul avocat du barreau de Sétif, du fait que les membres du barreau d’Alger étaient en grève.

L’examen du dossier de Khaled Drareni renvoyé au 25 mars
L’examen du dossier par la Cour suprême de l’ex-détenu et journaliste Khaled Drareni est renvoyé au 25 mars 2021, alors qu’il était initialement programmé pour jeudi dernier, selon le comité national pour la libération des détenus. Pour rappel, Khaled Drareni a été libéré au soir du 19 février 2021 à la faveur de la grâce présidentielle proclamée par le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune. Auparavant, le journaliste a été condamné par la Cour d’Alger à deux ans de prison ferme, dont le verdict a été rendu le 15 septembre dernier dans la même affaire impliquant Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche. Ces derniers, quant à eux, ont écopé respectivement d’un an dont 4 mois ferme et 8 mois avec sursis.

Des diplomates russes quittent la Corée du Nord en poussant un chariot
Huit diplomates russes et leurs familles ont quitté la Corée du Nord à bord d’un chariot ferroviaire poussé par l’un d’entre eux, en l’absence de transport transfrontalier depuis l’adoption de restrictions liées au coronavirus. Une vidéo postée sur le compte Telegram vérifié du ministère russe des Affaires étrangères montre notamment un secrétaire de l’ambassade de Russie, Vladislav Sorokin, poussant un chariot chargé de valises et de passagers, sur un pont ferroviaire situé à la frontière. Ces passagers se réjouissent et lèvent les bras alors qu’ils se rapprochent de la frontière russe, après avoir effectué un périple de 32 heures en train depuis Pyongyang, suivi de deux heures de bus jusqu’à la frontière.

L’affaire de l’assassinat de Jamal Khashoggi rebondit
Resté confidentiel sous l’ancien président US Donald Trump, le rapport de la CIA sur l’affaire de l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, mort tué le 2 octobre 2018 au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, devrait mettre en évidence la responsabilité du prince héritier d’Arabie saoudite dans l’assassinat du journaliste en 2018. Avant sa publication, le président Biden a appelé le roi Salmane, pour la première fois depuis son arrivée à la Maison-Blanche. En effet, le président américain a appelé jeudi le roi d’Arabie saoudite. Officiellement, d’après les comptes rendus de Washington et de Ryad, les deux dirigeants ont évoqué divers sujets, comme « les droits humains universels » et « l’État de droit », Joe Biden ayant salué la libération de plusieurs prisonniers politiques dans la monarchie pétrolière. Ils ont aussi souligné l’engagement des États-Unis à aider l’Arabie saoudite face aux attaques des groupes pro-Iran. Les comptes rendus ne disent pas un mot, en revanche, sur le dossier brûlant qui devrait mettre sous tension la relation entre les deux puissances : la publication imminente du rapport de la CIA sur la mort de Jamal Khashoggi. Washington a annoncé qu’il serait dévoilé « bientôt », sans plus de précision.

Neuf militaires maliens tués par des hommes armés non-identifiés
Au moins neuf militaires maliens ont été tués, jeudi soir, dans une attaque contre un détachement de la gendarmerie dans le centre du Mali, indique, hier, un nouveau bilan de source militaire. « Le nouveau bilan est de neuf morts dans nos rangs », a dit cette source militaire, citée par des médias. Une source militaire avait indiqué auparavant qu’il y avait « eu une attaque contre le détachement de la gendarmerie de Bandiagara par les individus armés non identifiés » entre 21H00 et 22H00 jeudi. « Le bilan provisoire est de huit morts et neuf blessés, dont cinq graves », avait-elle précisé. L’attaque a visé un petit bâtiment abritant l’escadron de la gendarmerie à la sortie de la ville, sur la route de Bankass, selon cette source. Un autre responsable sécuritaire a pour sa part évoqué une attaque « simultanée » contre trois positions de la gendarmerie à Bandiagara. « Les coups de feu ont duré (une partie) de la nuit », a déclaré un élu de Bandiagara. Selon le porte-parole d’un collectif d’associations du pays dogon, Adama Dionko, « les échanges de tirs ont duré parce que les assaillants étaient en nombre important ». Il a aussi évoqué des « dégâts matériels considérables ».

Le chauffard de la « cité Mokhtar-Zerhouni » risque un an de prison ferme
Un chauffeur d’un camion semi-remorque, arrêté jeudi pour conduite dangereuse ayant provoqué un accident de la route, au niveau du quartier Mokhtar-Zerhouni de la commune de Mohammadia, à Alger, risque une année de prison ferme. Ainsi, après avoir été présenté devant le tribunal de Dar El-Beïda, le procureur de la République a requis à l’encontre du chauffard une année de prison ferme avec radiation à vie de son permis de conduire. Le parquet a retenu également à son encontre une amende de 200 000 dinars.

Plus de 197 kg de drogues saisis à Tlemcen…
Les éléments de la sûreté de wilaya de Tlemcen ont saisi, dans des opérations distinctes, plus de 197 kg de drogue et démantelé un réseau criminel, indique, hier, un service de la Sûreté nationale. La première affaire, traitée par la brigade mobile de la police judiciaire de Sabra, a permis le démantèlement d’un réseau criminel activant dans le trafic de drogues et la saisie de 73,8 kg de kif traité. Dans la deuxième affaire, menée par la sûreté de daïra de Béni-Snous, une quantité de 124 kg de drogues a été saisie à bord d’un véhicule dont le propriétaire a tenté de prendre la fuite au niveau du barrage sécuritaire. Les mis en cause ont été déférés devant le Parquet territorialement compétent, conclut le communiqué.

… et près de 7,5 kg à Constantine
Une quantité de 7,478 kg de kif traité a été saisie par les éléments de la police judiciaire de la 9e sûreté urbaine de Constantine, rapporte, hier, un communiqué de la cellule de communication et des relations publiques de la sûreté de wilaya. La saisie a été effectuée suite à des investigations menées par des enquêteurs de la 9e sûreté urbaine sur une activité suspecte d’un individu, âgé de 36 ans qui s’adonnait à la vente en gros de kif traité, indique le document. Les investigations ont permis aux policiers de confirmer la présence d’une quantité de kif, au domicile du suspect, ajoute le texte. Munis d’un mandat de perquisition, les enquêteurs ont investi le domicile du présumé coupable. La fouille des lieux a permis de découvrir 7,478 kg sous forme de colis et plaquettes, a-t-on détaillé. Après le parachèvement des procédures judiciaires, un dossier pénal à l’encontre du mis en cause a été établi pour  »détention, stockage et vente de kif ».