MCO

MC Oran : Les actionnaires sommés de tenir l’AG «dans les meilleurs délais»

Les autorités de la wilaya d’Oran ont achevé leur série de rencontres avec les actionnaires de la SSPA du MC Oran dans l’optique de trouver une issue à la crise administrative qui secoue le club, les sommant d’organiser «dans les meilleurs délais» leur assemblée générale, a-t-on appris de cette formation de Ligue 1 de football. L’actionnaire majoritaire Ahmed Belhadj, dernier président du MCO de 2014 à 2019 avant que le poste ne devienne vacant depuis l’été dernier, a été le dernier à être reçu au siège de la wilaya. Il a été instruit de convoquer les membres de l’assemblée générale des actionnaires pour un conclave d’urgence, a-t-on précisé de même source. L’importance du rendez-vous tant attendu étant de remettre de l’ordre à l’intérieur de la SSPA/MCO pour permettre au club d’avoir sa licence professionnelle après s’être montré, jusque-là, incapable de fournir le dossier règlementaire exigé par la Direction de contrôle de gestion et des finances (DCGF) de la Fédération algérienne de football (FAF), rappelle-t-on. Le délai imparti aux clubs concernés, dont le MCO, devrait expirer dans quelques jours (15 juillet), mais les responsables de la wilaya d’Oran ont sollicité, récemment, le président de la DCGF, Réda Abdouche, pour accorder un délai supplémentaire à la direction de la formation phare de l’Ouest du pays afin de préparer les 19 documents à fournir, a-t-on fait savoir. La même source s’est félicitée de l’attitude de Réda Abdouche, «qui s’est engagé à accompagner la SSPA/MCO pour réussir sa restructuration» et ce, dans le cadre du processus de «redressement du professionnalisme» enclenché par la FAF. La Fédération avait qualifié d’»échec» cette expérience lancée en 2010. Cet échec est beaucoup plus ressenti au MCO, estiment les observateurs, étant donné que les présidents qui se sont succédé aux commandes du club n’ont jamais rendu leurs bilans, causant un énorme préjudice au club. Ce dernier a même raté une opportunité pour être affilié à l’entreprise «Hyproc Shipping Company» dont les responsables ont signé un protocole d’accord avec le conseil d’administration de la SSPA/MCO en janvier 2019, mais faute de bilans, la filiale de Sonatrach n’est pas encore allée au bout de l’accord. La gestion financière de la SSPA est également contestée par le club sportif amateur du MCO, propriétaire du sigle et des couleurs, et dont le président Tayeb Mahiaoui a sollicité la justice il y a quelques mois, pour une expertise. Ayant délégué Si Tahar Cherif El Ouezzani, l’ancien joueur du club, pour gérer les affaires des «Hamraoua» en qualité de directeur général de la SSPA, sa mission a officiellement pris fin le 18 juin dernier. Ce dernier motif rend la tenue d’une assemblée générale des actionnaires des plus nécessaires pour élire un nouveau président et un nouveau conseil d’administration, estime-t-on dans l’entourage du MCO. Dans les milieux du club, l’on pointe du doigt les actionnaires dont les divergences et autres querelles sont interminables, mettant en péril l’avenir du MCO qui n’a plus gagné de titre depuis 1996, prévient-on.