chauffage

Mauvaise utilisation des appareils de chauffage à Tizi- Ouzou

La direction du commerce de la wilaya de Tizi-Ouzou, a relevé «une mauvaise utilisation des appareils de chauffage par certains utilisateurs et qui seraient à l’origine de cas d’asphyxie enregistrés localement» depuis le début de l’année en cours. «Il y a une mauvaise utilisation et installation des chauffages à gaz», a indiqué à l’APS, le directeur du commerce, Djabi Kada, qui a souligné que les appareils mis en vente sont «contrôlés systématiquement» sur le marché local et au niveau des unités de fabrication en plus du contrôle effectué par les services compétents sur les produits importés. «Le produit est maitrisé à la production, à l’importation et à la distribution», a-t-il rassuré. Selon des témoignages recueillis par l’APS auprès de réparateurs de chauffages à gaz, il a été constaté que des utilisateurs recouraient, par inconscience, au retrait d’un dispositif de sécurité installé sur des appareils, et qui permet d’éteindre ces derniers en cas de refoulement des gaz brulés, à cause du vent par exemple, à l’intérieur du domicile. «Des citoyens me demandent d’enlever le thermostat afin que l’appareil puisse fonctionner continuellement», a regretté Mourad, jeune réparateur qui a souligné qu’il refusait de satisfaire cette requête. Il a ajouté qu’il a constaté la présence de nids de pigeons sur les évacuateurs de gaz brulés que les familles laissent sur place. S’agissant du contrôle de ces appareils, par la direction du commerce, un bilan couvrant la période allant de novembre 2015 à novembre 2016, ayant concerné les appareils de chauffage, les réchauds les chauffe-bains et les détendeurs, et des prélèvements d’échantillons effectués au niveau des deux producteurs locaux (l’ENIEM et une unité privée), a révélé que sur un total de 449 interventions, la direction du commerce a procédé au retrait de deux appareils de chauffage l’un pour défaut d’information (absence d’étiquetage) et l’autre pour non conformité aux normes de sécurité. S’agissant de la période allant du 1er décembre 2016 au 31 janvier 2017, les services de la direction du commerce ont effectué une vingtaine d’interventions de contrôle chez le détaillant, et effectué deux prélèvements chez le fabricant sur un chauffe-bain, qui s’est révélé conforme et un chauffage qui est en cours d’analyse au niveau du laboratoire régional du Centre algérien du contrôle de la qualité et de l’emballage (Cacqe) de Constantine , selon le même bilan. La direction du commerce participe avec d’autres institutions dont la Protection civile, la direction de Tizi-Ouzou de la Société de distribution du centre d’électricité et de gaz (SDC) à la sensibilisation des citoyens sur la bonne utilisation des appareils de chauffage à gaz combustible, l’importance de faire appel à un professionnel pour leur installation, et d’assurer une évacuation des gaz brûlés, a-t-on ajouté de même source. Depuis le début de l’année en cours, les éléments de la Protection civile ont sauvé un total de 17 personnes asphyxiées au monoxyde de carbone (8 femmes, 6 enfants et 3 hommes).

Décès de la moudjahida Danièle Djamila Amrane Minne
L’ancienne moudjahida Danièle Djamila Amrane Minne est décédée à l’âge de 78 ans, a-t-on appris samedi auprès du ministère des Moudjahidine. Née le 13 août 1939 à Neuilly-sur-Seine (France), Danièle Djamila Amrane Minne, qui était une fervente militante de la cause nationale, avait intégré les rangs de l’Armée de libération nationale (ALN) de 1956 à 1962. Après l’indépendance, Danièle Djamila Amrane Minne, a opté pour la nationalité algérienne et travaillé à l’université d’Alger puis devenue en 1999 professeur d’histoire et d’études féminines à l’université de Toulouse. La défunte était également auteur de plusieurs ouvrages littéraires ainsi que des poèmes. Parmi ses publications, «Les femmes algériennes et la Guerre de libération nationale» (1989). Daniele Djamila Amrane Minne sera inhumée dimanche à Béjaïa. Le ministre des Moudjahidine Tayeb Zitouni a envoyé un message de condoléances à la famille de la défunte.

Un élan de solidarité à Béjaia pour sauver un malade
Une mobilisation générale bat son plein à Béjaia pour venir en aide à un malade, nécessitant une intervention à l’étranger, plus précisément en Turquie ou un établissement médical a exigé pour ce faire, pas moins de 100.000 euros, soit quelque 18 millions de dinars, selon un collectif de solidarité créé à cette fin. Le malade, Samir Torchial, âgé de 43 ans et père d’une fillette, est atteint d’une cirrhose hépatique aigue, qui exige pour son traitement, une greffe du foie, a-t-on précisé.
L’élan tous azimuts de solidarité ainsi lancé a permis de collecter 6,56 millions de dinars, encourageant le collectif à redoubler d’efforts ce week-end, notamment sur les routes pour engranger d’autres dons

Plus de 1.600 sans-abri pris en charge par le CRA à Saïda
Le comité de wilaya du Croissant-Rouge algérien (CRA) prend en charge plus de 1600 personnes sans-abri depuis octobre dernier, a-t-on appris samedi de son responsable. Ces personnes sont hébergées au niveau du centre des insuffisants respiratoires, dans la commune d’Ain Lahdjar, où des repas chauds leur sont offerts, a indiqué le président du comité, Hakoum Benbrahim. L’opération se poursuit jusqu’à la fin de la saison hivernale connue pour son froid rude. Une vingtaine de SDF sont pris en charge quotidiennement surtout à Saïda et orientés vers le centre précité en collaboration avec des directions de l’action sociale et de la protection civile et la sûreté de wilaya, a-t-il ajouté. Le comité de wilaya du CRA a distribué, avec le concours des associations caritatives de la wilaya, des vêtements d’hiver, des couvertures et des repas chauds à des malades mentaux sans-abri, a-t-on signalé.

Une session de formation au profit des agriculteurs à In-Salah
Quelque 44 agriculteurs bénéficient d’une session de formation sur l’apiculture, a-t-on appris samedi auprès de la délégation des services agricoles de la wilaya déléguée d’In-Salah (750 km Nord de Tamanrasset). Première du genre dans la région, cette session de formation, qu’abrite le Centre de formation professionnelle et d’apprentissage (CFPA-2) du quartier «Branis», à In Salah, intervient en application d’un programme de formation, destiné aux agriculteurs et cadres du secteur, pour améliorer leurs connaissances professionnelles sur différentes filières agricoles, a précisé à l’APS le directeur délégué Boudjamâa Charouine. Encadrée par le spécialiste dans les métiers de l’apiculture et la richesse animale Omar Grinat de la région de Guerara (wilaya de Ghardaïa), cette session de formation, à laquelle ces stagiaires vont bénéficier, également d’une phase pratique au niveau d’une exploitation agricole, à pour objectif d’améliorer leur savoir-faire dans ce domaine, a-t-il ajouté. Elle est appelée aussi à contribuer à la promotion de la pratique de cette filière agricole, tout en encourageant la concurrence entre les apiculteurs locaux dans le but d’augmenter la production du miel et des produits mellifères, a-t-il fait savoir. Organisée en coordination avec l’association locale «Tidikelt» qui s’intéresse à la promotion des activités agricoles, cette initiative qui s’étalera sur deux jours, offrira, en outre une occasion pour mettre en exergue les techniques liées à la fabrication de différents types de la ruche et les maladies des abeilles, a-t-on indiqué.

Profitez d’un mois d’essai gratuit du service « Ranini » de Ooredoo
Ooredoo lance une nouvelle offre inédite permettant à ses clients de découvrir et de bénéficier gratuitement d’une sonnerie d’attente RANINI pendant un mois. Les clients peuvent ainsi s’abonner gratuitement à Ranini et choisir une sonnerie d’attente à 0 DA parmi un large répertoire religieux (Douaa, Anachid, conseils) et musical (Variétés algérienne, orientale, occidentale). Pour profiter de cette offre exceptionnelle, valable sur tout le territoire national, le client n’a qu’à composer gratuitement le code *163# sur son mobile ou appeler le 5353 (10 DA/minute). A travers ses offres et solutions mobiles innovantes, Ooredoo confirme sa volonté d’enrichir le quotidien de ses clients.