marche-de-gros

Marché de gros de fruits et légumes de Bourached (Ain Defla) : Une structure pour booster l’économie régionale

Attendu depuis quelque temps déjà pour booster l’activité économique locale, le marché de gros de fruits et légumes de Bourached (15 km au sud-ouest de Aïn Defla), qui a ouvert ses portes samedi dernier, aura pour principal objectif l’harmonisation de la distribution des produits agricoles.
L’implantation d’un marché de gros à Aïn-Defla était d’autant plus attendue que les agriculteurs de la région étaient, par le passé, contraints de se déplacer vers d’autres structures du même genre en vue d’écouler leurs produits. Pour d’aucuns, les résultats obtenus durant les dernières années par la wilaya de Aïn-Defla en matière de production agricole et de valeur ajoutée a rendu «inéluctable» la réalisation d’un marché de gros de fruits et légumes sur son territoire. Une activité intense a été constatée au premier jour de l’ouverture du nouveau marché de gros de fruits et légumes de Bourached, vers lequel ont afflué des dizaines de camions emplis de toutes sortes de fruits et légumes en vue de les écouler auprès des marchands de détails. Les agricultures et les commerçants sont unanimes pour dire que ce marché de gros de fruits et légumes impulsera une grande dynamique au secteur de l’agriculture et aux activités s’y rattachant, leur évitant les pertes de temps induites par les fréquents déplacements vers les structures similaires des wilaya de Chlef et de Blida.

Un projet générateur de plus de 1000 emplois
Implanté à proximité du tronçon de l’autoroute Est-Ouest traversant la wilaya de Aïn-Defla, le marché de gros de fruits et légumes de Bourached s’étale sur une superficie de 12,2 ha, dont 3 ha pour la surface couverte, 1,2 ha pour la surface bâtie, 7,2 ha pour le parking et 0,5 ha pour les espaces verts.
Il dispose de toutes les commodités nécessaires à son bon fonctionnement, à l’image notamment d’un hôtel et nombre de cafés et de restaurants. La quantité de fruits et légumes qui transiteront annuellement par le marché atteindront les 480 000 tonnes, affirment les gestionnaires de cette structure. Selon le directeur du marché, Abdelkader Abdelaziz, cette structure générera plus de 1000 postes d’emplois directs et indirects, «un chiffre qui sera certainement revu à la hausse une fois que le marché aura atteint sa vitesse de croisière», a-t-il soutenu. Sur les 196 carreaux que compte le marché, 180 ont été déjà vendus aux mandataires, a-t-il fait savoir, assurant que ces derniers sont d’horizons divers, à l’image d’Alger, Tipasa, Ghardaïa, Médéa, Chlef et d’Oran. «Les marchés de gros de fruits et légumes jouent un rôle de premier plan en matière de régulation du marché, de lutte contre les pratiques frauduleuses, d’harmonisation de la distribution des produits agricoles afin d’assurer l’équilibre entre l’offre et la demande et faire face aux tensions sur les différents produits ainsi qu’aux éventuelles ruptures d’approvisionnement», a-t-il observé. De son côté, le représentant des commerçants activant au marché, Touhami Ahmed Chafik, s’est félicité du climat «empreint de sérénité» qui prévaut au sein du marché. Selon lui, cette structure a ouvert ses portes dès 3 h du matin en vue de permettre aux agriculteurs de vider leurs camions en toute sérénité et sans aucune pression. Assurant que cette nouvelle structure «impulsera une dynamique nouvelle aux secteurs de l’agriculture et du commerce de la région», le représentant des commerçants a observé que le marché est d’envergure régionale, puisqu’il reçoit la production agricole des wilaya de Chlef, Blida, Tipasa et Tissemsilt. De leur côté, les agriculteurs ont fait part de leur «grande joie» après le début d’activité de ce marché, soutenant que l’entrée en service de cette aire leur épargnera les déplacements vers les structures similaires notamment celles de Chlef, Hattatba (Tipasa) ainsi que Boufarik et Bougara (Blida). «Je m’adonne à l’agriculture depuis près de 20 ans et je me suis, selon les circonstances du moment, toujours rendu à Chlef, Hattatba, Boufarik ou Bougara pour écouler ma marchandise. Aujourd’hui, je ne peux que travailler avec davantage de sérénité au regard du gain de temps et d’argent qu’implique l’entrée en service du marché», s’est réjoui Djelloul, un agriculteur de la région d’El-Amra, dans la wilaya de Aïn-Defla. Pour sa part, le P/APC de Bourached, Nouredine Selmane, s’est dit «convaincu» que l’entrée en service de cette nouvelle structure métamorphosera la région dans sa globalité, en faisant d’elle un «pôle économique et commercial de premier plan». Selon lui, le fait que le marché soit situé à proximité du tronçon de l’autoroute Est-Ouest traversant la wilaya de Aïn-Defla le rend davantage accessible, mettant en exergue son rôle en matière de régulation de la production agricole.