FBL-WC-2014-ALG-PORTRAIT

Madjid Bougherra : «Les joueurs sont déterminés pour rebondir»

Tout le monde croisera le doigt aujourd’hui à partir de 17h00, de peur de voir la sélection algérienne subir un autre échec qui lui coûtera de quitter prématurément la course à la qualification aux quarts de finale de la CAN, une épreuve qu’elle avait pourtant abordée avec l’ambition de se racheter de son début raté dans les éliminatoires du Mondial-2018.
En tout cas, la première sortie des coéquipiers de Brahimi dans cette CAN gabonaise face au Zimbabwe et soldée par un nul (2-2), n’a guère été rassurante, et c’est ce qui conforte du reste les inquiétudes des fans. Mais l’ancien capitaine de la sélection algérienne, Madjid Bougherra, fraichement désigné membre du staff technique national, s’empresse pour rassurer tout le monde, lui qui a eu du boulot ces derniers jours avec les joueurs de l’équipe nationale, en passant la majorité de son temps à leur parler et leur remonter le moral après le nul contre le Zimbabwe.
Tout indique d’ailleurs que le ‘’Magic’’ a réussi dans son boulot. La preuve, les coéquipiers de Brahimi sont animés d’un ardent désir de se racheter de leur première contre-performance dans ce tournoi, comme il l’a constaté lui-même. «Nous avons des joueurs revanchards. Ils sont tous déterminés à rectifier le tir contre la Tunisie. Pour ma part, je leur ai rappelé que la sélection algérienne a tout le temps eu des difficultés pour bien entrer dans la CAN, mais qu’elle a souvent réussi à renverser la vapeur au fil des matchs. Cela a beaucoup soulagé nos joueurs qui ont cette envie de bien faire. Leur état d’esprit actuel me rassure vraiment», déclare Bougherra au micro de l’ENTV. Revenant sur le match contre la Tanzanie, l’ancien défenseur central des Fennecs a estimé qu’il y avait des choses positives et d’autres négatives qui ont été tirées de cette rencontre et que le sélectionneur national en a parlé aux joueurs pour les mettre en garde contre la répétition des mêmes erreurs commises dans cette première sortie.
Hakim S.