Le technicien français Alain Michel, a entraîné, sept clubs algériens durant la dernière décennie
Le technicien français Alain Michel, a entraîné, sept clubs algériens durant la dernière décennie

Limogeage des entraîneurs : Le championnat d’Algérie à la 3e place

Le championnat d’Algérie de Ligue 1 occupe la troisième place au classement de l’emploi d’entraîneurs dans 84 premières divisions du monde entier entre janvier 2015 et décembre 2019, selon la Lettre hebdomadaire de l’Observatoire du football CIES. Avec une moyenne de 7,9 entraîneurs par club, la Ligue 1 algérienne est logée à la troisième position mondiale, devancée par la Bolivie, en tête du classement avec une moyenne de 9,1 entraîneurs par club et la Tunisie (8,3). Au classement par clubs, la JS Kabylie est à la 5e position mondiale selon cette étude, avec 13 coaches consommés lors de la période janvier 2015 – décembre 2019 et une moyenne de 10,8 matches par coach. Deux autres équipes algériennes, le NA Husseïn-dey et le CS Constantine, sont dans le haut de ce classement avec 11 entraîneurs chacune, suivies de la JS Saoura et du MC Alger (10 entraîneurs). L’USM Alger, l’ES Sétif et le MC Oran sont eux aussi connus pour leur instabilité au niveau des staffs techniques avec 9 entraîneurs.
Le CR Belouizdad, actuel leader du championnat, a consommé 8 coaches avec une moyenne de 18 matches par technicien. Lors de cette période, le nombre moyen d’entraîneurs par club en charge pour au moins trois matches de championnat varie entre 9,1 en Bolivie et 2,6 en Suède. En moyenne, un coach a dirigé 40,6 rencontres.
« Les données par ligue représentent une bonne estimation de la situation réelle dans la mesure où seules les ligues pour lesquelles nous avons pu retracer l’entière historique des entraîneurs pour au moins la moitié des équipes concernées sont incluses dans l’échantillon », explique l’Observatoire du football CIES, un groupe de recherche du Centre international d’étude du sport. Le classement par club ne comprend que les équipes qui ont toujours évolué en première division depuis 2015.
La valeur la plus élevée par club a été observée pour les Boliviens de Club Real Potosi (20 entraîneurs différents en charge pendant au moins trois matches de championnat), devant les Péruviens de Cusco Football Club (16 entraîneurs) et les Paraguayens de Club Sportivo de Luqueno (15 entraîneurs). A l’opposé, 30 équipes ont eu un seul entraîneur lors de la période analysée, dont les Belges de Zulte Waregem.