Désinfection

LEUR UTILISATION S’AVÈRE DANGEREUSE POUR LA SANTÉ ET LEUR EFFICACITÉ REMISE EN CAUSE : Démantèlement des tunnels de décontamination

Aux dernières nouvelles, les tunnels de décontamination, mis en place au niveau des établissements hospitaliers, des institutions et grandes surfaces, présentent un danger sur la santé des personnes. Aussi paradoxal que cela puisse parraître pour un moyen conçu, justement, pour protéger. C’est le constat fait par les autorités de la santé qui, dans une note datée du 7 juin en cours adressée à l’ensemble des walis et les directions des hôpitaux et établissements de la santé du pays, recommande le retrait pur et simple des tunnels de désinfection.
Et pour cause, ces moyens dits de protection ne sont pas efficaces du fait que le virus ne se transmet pas par voie aérienne. Secundo, mais aussi et surtout, parce qu’ils font appel à l’utilisation de produits de désinfection « toxiques  et  extrêmement irritants pour la peau et les muqueuses », pouvait-on lire sur le document signé par la DG de la prévention du ministère de la Santé.
C’est l’avis du professeur Djamel Fourar himeself, lui qui cumule les fonctions de porte-parole du Comité scientifique de suivi de la pandémie du coronavirus. Le risque encourus par le recours à ce moyen dit de désinfection n’est pas des moindres qu’il peut causer, par exemple, des « bronchospasmes dus à l’inhalation et également d’effets gastro-intestinaux tels que diarrhées et vomissements ». C’est ce qu’on pourrait appeler en d’autres termes les effets secondaires, comme nous l’a confirmé hier docteur Mohamed Bekkat Berkani, joint par téléphone pour savoir de quoi il s’agissait.
Ainsi, sur conseil effectivement du Comité scientifique dont il est membre, le ministère de la Santé a agi pour saisir illico presto tous les responsables des établissements de la Santé, les walis étant destinataires de cette missive, pour recommander-ce qui aurait pu être une instruction tout de même pour une autorité de la Santé- le « retrait » des tunnels de désinfection au niveau des structures de la santé et autres institutions publiques où qu’ils soient installés. « Ces tunnels sont plus nocifs qu’efficaces. Procéder à des désinfections des personnes munies de combinaisons médicales ne sert à rien, puisque le virus du Corona ne se transmet pas par voie aérienne », explique à ce sujet notre interlocuteur.
Du coup, cette recommandation ne risque pas de tomber dans l’oreille d’un sourd compte tenu des risques sanitaires que pourrait induire le recours à ce moyen dit de désinfection. Quoique leur utilisation ait été remise en question depuis leur installation du fait qu’ils ne sont certifiés par aucune autorités médicale, ni nationale et ni encore moins internationale, ces tunnels de désinfection auraient pu d’abord avoir l’aval des autorités de la santé. N’aurait-il pas fallu en effet agir en amont au lieu de s’encombrer aujourd’hui des conséquences d’un danger au moment même où la crise de la pandémie est toujours devant nous ?
Farid Guellil