LEUR EMBARCATION A PRIS FEU EN PLEINE MÉDITERRANÉE : Neuf migrants algériens secourus par un bateau battant pavillon libérien

Pas  moins de neuf Harraga rescapés, dont des bébés de moins de deux ans, ont été sauvés, in extrémis, à environ 50 miles des côtes oranaises, par un bateau portant le drapeau libérien, après que leur embarcation ait  pris feu,  alors que vingt autres  «sont portés disparus», suite à cet accident  tragique, survenu, jeudi dernier, sur  les chemins meurtriers de la migration  irrégulière, devenue de plus en plus inquiétante ces derniers mois, au vu  du nombre des victimes,  dont la majorité sont des  jeunes.
C’est  ce  qu’a annoncé, Saib Mohamed,  directeur de l’hôpital, Zighout Youcef, de  Chlef, jeudi dernier,  à l’APS,  sur ce drame, en indiquant que «neuf harraga ont été  sauvés au large par un bateau portant pavillon Libérien» et pris en charge, après leur  évacuation rapide, au service des urgences de l’hôpital précité.  Le responsable a  affirmé que  les neufs rescapés d’une mort certaine, sont  âgés entre 11 et 39 ans, outre deux  bébés, des filles, ne dépassant  pas  les deux ans, ont été  sauvés, in extremis, d’une embarcation de migrants irréguliers,   ayant pris feu, par un bateau libérien, à environ 50 miles des côtes oranaises,  avant d’accoster au port de Tènès,  jeudi dernier.
Ajoutant dans  ses déclarations, que les victimes   de ce drame  évacuées «sont placées sous contrôle médical» il a fait savoir que  cinq parmi eux ont des blessures «plus ou  moins graves, après que leur barque ait pris feu» a-t-il précisé.  L’embarcation  des  migrants irréguliers qui, selon  des informations rapportées par  des médias nationaux,  comptait au total 29 personnes, dont des enfants,   a pris feu, causant  une vingtaine de victimes, portées disparues, à l’heure où nous mettons sous presse,  au large des côtes de la ville  d’Oran, et que  neuf  autres sont hospitalisés.
Mohamed Amrouni