attentat de Liège

L’État islamique Daesh revendique l’attentat de Liège : L’une des victimes, Soraya Belkacemi, est d’origine algérienne

Une des deux policières tués dans l’attentat de Liège, mardi dernier, est d’origine algérienne et répond au nom de Soraya Belkacemi. Un communiqué de l’ambassade de la Belgique confirmait : « L’Ambassade met tout en œuvre pour faciliter la venue en Belgique de son père afin qu’il puisse rendre un dernier hommage à sa fille. Avant son départ, l’Ambassadeur recevra Belkacemi et lui exprimera ses sincères condoléances ».
Rappelons que deux policières et le passager d’une voiture ont été tués dans la matinée du mardi 29 mai au cours de l’attaque au couteau et d’une fusillade, dans le centre de Liège, en Belgique. L’assaillant, qui a tenté ensuite de se retrancher dans un lycée, a été abattu par les membres d’un peloton antibanditisme à l’issue d’un violent échange de tirs. Quatre autres policiers ont été blessés lors de cette intervention, dont l’un grièvement.
Alors que les policiers chargés de l’enquête se demandaient s’il fallait ou non privilégier la piste terroriste, Daesh a mis fin au suspens en déclarant, dans un poste sur les sites proches de la mouvance terroriste, être à l’origine de l’attentat et que l’auteur des attaques, Benjamin Herman, 36 ans, qui s’est radicalié en prison, a signé son coup au nom de l’État islamique.
Benjamin Herman s’était radicalisé en prison vers 2012 et pratiquait un islam rigoriste, ont confirmé des personnes qui l’ont côtoyé durant ses nombreuses détentions pour vols, violences et trafics de stupéfiants.
Née en 1973 en Algérie d’un père algérien et d’une mère belge, Soraya Belkacemi a été tuée, en même temps que sa coéquipière et d’un jeune homme de 22 ans. Soraya Belkacemi avait rejoint la police en 1994.
F. O.