LES PARTIS DE L’ALLIANCE DROIT VERS LA PRÉSIDENTIELLE : Ouyahia ouvre le grand bal électoral

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, devra rompre son silence, qu’il s’était imposé depuis la convocation du corps électoral. En effet, devant réunir le Conseil national de son parti, aujourd’hui, puis tenir une conférence de presse ce samedi. Le SG devra faire le point sur de nombreuses questions politiques, dont la très attendue élection présidentielle du mois d’avril prochain. Connu pour son franc-parler, Ouyahia devra encore une fois réexpliquer la position de son parti au sujet de cette échéance électorale prévue le 18 avril prochain.

Ouyahia devra également réitérer son soutien au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, qu’il a appelé à «continuer son œuvre» en se portant candidat pour la présidentielle du 18 avril prochain. Outre la présentation du bilan des 20 dernières années du candidat sortant, Ouyahia, qui marquera son retour sur la scène médiatique, devra réunir ses troupes pour lancer la préparation de l’opération de la collecte de signatures.
Ceci étant, le Front de libération nationale (FLN) a, d’ores et déjà, annoncé l’installation d’une instance pour la préparation de l’élection présidentielle. Ladite instance, qui  sera subdivisée en commissions, aura pour but de conduire la campagne électorale en vue de la présidentielle. Elle sera composée de tous les ministres actuels issus de l’ex parti unique, les anciens ministres, les cadres, les députés et les sénateurs. Ceci marque le début de la campagne électorale. Le RND ne sera pas en reste puisque, lui aussi, il soutient le candidat sortant.
La convocation du corps électoral, dans les délais, aura également sa part dans l’intervention du SG du RND, qui a toujours affirmé que la présidentielle aura bel et bien lieu dans les délais.
Sur un autre plan, le secrétaire général du RND devra également, donner son avis sur les différents candidats ayant retiré les formulaires de candidatures. Si certains ont défrayé la chronique, en raison de leur profil qui ne témoigne d’aucune expérience politique, il n’en demeure pas moins qu’Ouyahia aura à donner son avis sur le général Ali Ghediri. De surcroît, Ouyahia va incontestablement tenter d’expliquer l’échec de son parti lors des dernières sénatoriales et commenter l’installation des nouveaux membres de la chambre haute du Parlement, avec le maintien d’Abdelkader Bensalah comme président.
Il sera, entre autres, invité à donner sa vision quant à l’installation d’un nouveau président à la tête du Conseil constitutionnel, dont le poste est vacant depuis le décès de Mourad Medelci. Comme le veut la tradition, chaque sortie médiatique du secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, qui occupe également le poste de Premier ministre, vaut son pesant d’or politique. Au lendemain de chaque sortie médiatique, chaque parti fait son analyse des propos formulés par Ouyahia. Ainsi, l’on s’attend à ce que la classe politique s’enfièvre à quelques jours de la clôture de l’opération de retrait des formulaires de souscription à la candidature présidentielle. Une chose est sûre, désormais, les prétendants désirant occuper le Palais d’El Mouradia doivent déposer leurs dossiers de candidature au plus tard le 4 mars prochain devant le Conseil constitutionnel. En effet, Selon la loi électorale, les candidats disposent de 45 jours pour déposer leurs candidatures. Le Conseil constitutionnel dispose d’un délai de dix jours pour rendre son verdict quant à la validité des dossiers.
Lamia Boufassa