TEBBOUNEP3

LE PRÉSIDENT TEBBOUNE EST ARRIVÉ HIER À ROME / Algérie – Italie : Blinder la coopération stratégique

Comme prévu, le président, Abdelmadjid Tebboune, est depuis hier à Rome, pour une visite d’État de trois jours à l’invitation de son homologue italien, le président Sergio Mattarella. L’avion transportant le président de la République et la délégation qui l’accompagne a atterri, hier après-midi, à l’aéroport international de Rome, Léonard De Vinci.

À son départ d’Alger, le président Tebboune a été salué par le Premier ministre, Aïmène Benabderrahmane, le général de corps d’Armée, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire Saïd Chengriha, et le directeur de Cabinet à la présidence de la République, Abdelaziz Khellaf. L’Algérie accorde à cette visite d’État une « importance particulière dans le raffermissement des liens d’amitié historiques et le renforcement des relations bilatérales dans de nombreux domaines, notamment dans le volet économique, et ce, dans le cadre d’une vision nouvelle des deux présidents visant à insuffler une nouvelle dynamique au dialogue et à la coopération stratégique entre les deux pays voisins et amis », a indiqué un communiqué de la présidence de la République. Au cours de son séjour en Italie, le président Tebboune rencontrera les représentants de la communauté algérienne établie dans ce pays- c’est maintenant la tradition lors des sorties à l’étranger du chef de l’État- afin d’être à l’écoute de leurs préoccupations et y répondre et les tenir au courant de la situation en Algérie. D’après les premières indications sur le programme de cette visite, le président Tebboune aura à Rome des entretiens avec le président italien, et se rendra ensuite à Naples, pour  la signature d’un certain nombre d’accords économiques. La dimension économique est dominante dans les relations algéro-italiennes, particulièrement avantagées par la proximité géographique et une vocation méditerranéenne commune aux deux pays. Selon les chiffres officiels, les échanges commerciaux entre les deux pays ont atteint les 8,5 milliards de dollars en 2021, en forte hausse par rapport à l’année 2020 (près de 6 milliards de dollars). Les exportations algériennes vers l’Italie (constituées notamment des hydrocarbures) ont avoisiné les 6,24 milliards de dollars en 2021, tandis que les importations de ce pays (principalement des machines, des produits pétroliers raffinés, des produits chimiques et des produits sidérurgiques) ont atteint les 2,26 milliards de dollars. L’Algérie est un fournisseur d’hydrocarbures fiable de l’Italie depuis plusieurs décennies. Les volumes de gaz exportés vers ce pays vont augmenter de 9 milliards m3/an à partir de 2023/2024, à la faveur de l’accord signé le 11 avril dernier à Alger par les P-DG des groupes Sonatrach et Eni.
Il est question, en outre, de réactiver le projet d’interconnexion électrique par câble sous-marin entre l’Algérie (Cheffia) et l’Italie (Sardaigne), pour une capacité de 1 000 à 2 000 MW, qui serait financé à travers l’implication de la Commission européenne. L’évolution notable des relations entre les deux pays ces dernières années, a fait de l’Algérie le premier partenaire commercial de l’Italie sur le continent africain et dans la région  du Moyen-Orient. Les deux pays ont la volonté d’élargir leur partenariat à d’autres domaines d’activités, comme l’industrie mécanique, l’agriculture, l’enseignement supérieur, le tourisme et la culture. Pour sa part, l’Algérie compte s’inspirer de l’expérience italienne dans les domaines des petites et moyennes entreprises, la construction navale, l’industrie pharmaceutique, les technologies de l’information et des télécommunications, ainsi que la restauration de bâtiments anciens. Dans une déclaration à l’agence de presse italienne, le 9 mai, Abdelkrim Touahria, ambassadeur d’Algérie à Rome, a fait savoir que ces questions seront traitées lors de la 4e session du sommet intergouvernemental qui se tiendra en Algérie, les 17 et 18 juillet, et également par le forum d’affaires algéro-italien prévu dans le même cadre. Au plan politique, il y a une « convergence de vues » entre l’Algérie et l’Italie sur toutes les questions d’intérêt commun, a fait remarquer le président Tebboune en novembre dernier à l’issue d’un entretien avec son homologue italien qui était en visite à Alger.
M’hamed Rebah