Tebboune

LE PRÉSIDENT FÉLICITE LES ENSEIGNANTS ALGÉRIENS À L’OCCASION DE LEUR JOURNÉE MONDIALE : « Je place de grands espoirs en vous »

Àl’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’enseignant qui coïncide avec le 5 octobre de chaque année, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a réitéré son soutien permanant aux enseignants pour un meilleur enseignement. Dans un tweet publié hier sur son compte officiel, le chef de l’État, a félicité les enseignants à l’occasion de leur journée mondiale. « Mes félicitations aux enseignantes, enseignants, institutrices et instituteurs à l’occasion de votre journée mondiale correspondant au 5 octobre », lit-on sur la même source. Le Président Tebboune a ensuite réaffirmé son soutien à cette catégorie professionnelle afin de développer l’école algérienne. « Nous réitérons notre engagement permanent à vous soutenir, et notre grand espoir en vous, pour un enseignement développé et moderne », a ajouté le président Tebboune. Il est essentiel de rappeler que lors de l’ouverture des travaux de la rencontre annuelle gouvernement- walis tenue le 24 et 25 septembre passés au Palais des nations à Club des Pins, Alger, Abdelmadjid Tebboune a annoncé une augmentation des salaires pour les enseignants à partir de janvier 2023, ainsi la révision de leur statut particuliers. Une décision qui a été saluée par la famille éducative, qualifiée de « judicieuse », visant à « améliorer le pouvoir d’achat des fonctionnaires, atténuer le taux d’inflation et assurer la stabilité sociale notamment au sein de ces secteurs sensibles et stratégiques». Cette décision, notons-le, est intervenue après plusieurs réclamations de la part du partenaire social afin d’améliorer la situation socioprofessionnelle et pédagogique de l’enseignant jugée de « dégradée ». « Le secteur se trouve aujourd’hui face à une réalité socioprofessionnelle qui requiert une révision impérative des salaires », témoigne le secrétaire national chargé de l’information au Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (CNAPESTE), Messaoud Boudiba. Ajoutant que cette conjoncture est toujours en « dégradation ». Un état de fait qui impacte malheureusement négativement sur le rendement professionnel et pénalise en premier lieu l’élève à cause des grèves répétées qui paralysent les établissements scolaires. Outre le côté socioprofessionnel, il faudrait s’intéresser au côté pédagogique, en assurant la formation continue aux enseignants, et les impliquer dans toute réforme du système éducatif visant à atteindre les objectifs qui s’imposent, à savoir, qualité de l’enseignement, la transmission du savoir et des connaissances. À noter enfin que la journée internationale des enseignants est fêtée chaque année le 5 septembre, depuis 1994. Elle commémore la signature de la Recommandation OIT/UNESCO concernant la condition du personnel enseignant de 1966 qui fixe les critères de référence relatifs aux droits et aux responsabilités des enseignant(e)s ainsi que les normes fixant leur formation initiale et continue, leur recrutement, leur emploi et les conditions d’enseignement et d’apprentissage.
Sarah Oubraham