« Le plus grand conte de fée de l’histoire » : la planète foot salue le titre de Leicester

Sacré champion d’Angleterre lundi soir, Leicester a suscité l’enthousiasme de toute l’Europe du football. Des joueurs à l’entraîneur, Claudio Ranieri, en passant par les supporters, la presse et les adversaires du club anglais, chacun y est allé de son mot pour féliciter ou rendre hommage aux Foxes.

L’Angleterre a probablement épuisé, depuis lundi soir, ce que la langue de Shakespeare compte de superlatifs. « Incroyable », « invraisemblable », « un rêve », « un conte de fées devenu réalité », « un moment d’histoire » : rien n’était assez fort pour souligner l’ampleur de l’exploit de Leicester, sacré champion d’Angleterre à deux journées de la fin du championnat le plus relevé de la planète. Réunis chez Jamie Vardy, les joueurs de Leicester ont d’abord semblé manquer de mots pour qualifier leur sentiment. « C’est difficile d’expliquer ce qu’on ressent, a déclaré Andy King. Je pensais avoir tout vu avec ce club, je ne pensais pas à assister à ça… » « C’est invraisemblable, a expliqué l’hôte du soir, meilleur buteur du club à ses heures perdues. C’est la plus grande réussite de l’histoire du club et on a le privilège d’en faire partie. » Même tonalité chez Wes Morgan, le capitaine : « C’est le sentiment le plus fort de ma carrière et rien ne me rend plus fier que de faire partie de cette équipe. »
Leur entraîneur, Claudio Ranieri, dont on sait désormais qu’il a remercié, cinq fois et la voix tremblante, son homologue de Chelsea après le nul des Blues contre Tottenham qui a offert le titre aux Foxes, a dit son émotion sur le site officiel de Leicester. « Je ne m’attendais pas à cela quand je suis arrivé, a déclaré l’entraîneur de 64 ans, absent des festivités pour cause de déjeuner en Italie avec sa mère. Je suis si fier. C’est une sensation tellement incroyable… Je suis content pour tout le monde. »

Le « roi » Ranieri à l’honneur
Un sentiment réciproque : tout le monde est content pour Claudio Ranieri, ce vieux sage respecté de toutes parts, mais souvent considéré, jusque-là, comme un perdant (il avait terminé trois fois deuxième avant la consécration de lundi soir, avec Monaco, la Roma et… Chelsea). Tout le monde, c’est d’abord les supporters qui se sont amassées dans les rues de la ville lundi soir. « There is only one Ranieri » (il n’y a qu’un Ranieri), chantaient-ils en chœur… avec ceux de Chelsea qui, à Stamford Bridge, ont rendu hommage à leur ancien entraîneur. Même tonalité dans la presse européenne. En Italie, Ranieri est évidemment à l’honneur de quotidiens à l’unisson : « King Claudio », titrent le Corriere dello Sport et la Gazzetta dello Sport, quand Tuttosport parle d’un nouveau « roi d’Angleterre ». En Angleterre, le Daily Mirror parle des « Indestructibles » (« The incredibles ») en référence aux « Invincibles » d’Arsenal en 2004 (et peut-être aussi un peu au film de Pixar). « C’est le champion le plus exceptionnel de l’histoire », écrit le tabloïd, en référence au journal i qui parle de « Foxes fantastiques qui ont écrit le plus grand conte de fées que le football n’ait jamais connu. » L’Equipe y fait écho en évoquant, sous la plume de Vincent Duluc, « la plus grande surprise du football moderne ».

Pochettino, dauphin fair-play
Les entraîneurs n’ont pas manqué à l’appel des réactions au sacre de Leicester. Sur Twitter, Roberto Mancini, ancien manager de City aujourd’hui à l’Inter, a dit « bravo à Ranieri et à Leicester », ajoutant en connaissance de cause « qu’il n’est pas facile de gagner contre les gros en Premier League. » L’entraîneur de Naples, Maurizio Sarri, s’est dit « très heureux du succès historique de Ranieri ». Même le dauphin des Foxes, Mauricio Pocchettino (Tottenham), a tenu à commencer sa conférence de presse par là.  » Avant toute chose, je veux dire bravo à Leicester, à Ranieri, à leur staff, leurs joueurs et leurs supporters. Ils méritent le titre sans aucun doute. Ils ont fait une grande saison, une saison incroyable. »
L’unanimisme était donc de mise à l’heure de saluer le sacre de Leicester. « C’est le plus grand choc sportif de ma vie. Je suis tellement ému que j’ai du mal à respirer », a reconnu Gary Lineker, ancien joueur du club et légende du football anglais. Mais, très vite, l’ambiance est passée de l’émotion à la célébration. Au club depuis 12 ans et passé de la 3e division au titre de Premier League avec le club, Andy King a montré qu’il n’avait pas perdu le nord.
 » C’est une sensation incroyable. Merci à tous ceux qui ont permis cet invraisemblable voyage. Et maintenant, fêtons-ça comme il se doit ! »