Le Ghali reçu 5 sur 5

Tombeur du leader, le Paradou AC (1-0 à Dar El Beida) vendredi pour le compte de la 21e journée, le GC Mascara confirme son net regain de forme par lequel il s’illustre depuis le début de la phase retour de la Ligue deux algérienne de football et signe pour l’occasion son cinquième succès de rang. Le nouveau promu est en train tout simplement de réussir une fabuleuse remontée au classement, après avoir flirté avec la relégation tout au long de la première partie de l’exercice. Le GCM s’est hissé désormais à la 9e place au classement avec 27 points, parvenant ainsi à devancer de cinq unités le premier relégable, l’AS Khroub. En fait, personne ne s’attendait à ce que les Mascaréens, soutenus par des centaines de leurs fans qui ont fait le déplacement à Alger, infligent au leader sa première défaite à domicile (la 2e depuis le début de la saison). Mais la belle dynamique enclenchée depuis l’arrivée de l’entraineur Cherif Hadjar à la barre technique avant une journée de la fin de la phase aller, a été pour beaucoup dans cette forme éblouissante des joueurs du  »Ghali » qui doivent néanmoins une fière chandelle à leur gardien de but, Bencherif, l’homme du match, selon les joueurs du Paradou eux-mêmes, puisqu’il a tout arrêté dans cette partie. En sept rencontres sur le banc du GCM, Hadjar, le quatrième coach du club cette saison, aura amassé 19 points de 21 possible. Il avait commencé son aventure par une victoire à domicile contre l’ASO Chlef pour le compte de la 15e et dernière journée de la phase aller. Il concéda toutefois son premier semi-échec dès le début de la phase retour quand son équipe avait été accrochée par CA Bordj Bou Arréridj. Mais depuis, l’ex-entraineur de l’US Biskra a réalisé un carton plein au cours des cinq précédentes journées. «Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre notre principal objectif qui est de nous maintenir en Ligue deux. Pour ce faire, nous devrons encore récolter 11 points lors des prochaines journées. Il reste encore 9 matchs à disputer, et on veut qu’on en finisse rapidement et ne pas attendre les derniers matchs», explique Hadjar qui avait pourtant hérité d’une situation chaotique sur tous les plans.