Hadj

Le coût du Hadj 2018 fixé à 525 000 DA

Le coût du Hadj pour la saison 2018 a été fixé à 525.000 DA, billet d’avion inclus, a annoncé mardi le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs dans un communiqué. Les hadjis devront verser la somme de 405.000 DA au niveau des agences de la Banque d’Algérie ouvertes dans chaque wilaya du pays à partir de dimanche 11 mars 2018, a précisé le ministère. Le prix du billet d’avion, pour se rendre dans les Lieux saints de l’Islam, est de 120.000 DA, selon la même source, ajoutant que la date de vente au niveau des agences d’Air Algérie sera fixée ultérieurement.

Le HCA organise, avec l’APS, un forum sur «Tamazight et le service public»
Le Haut commissariat à l’Amazighité (HCA), en collaboration avec l’Agence Algérie presse service (APS), organise samedi prochain au siège de cette dernière, un forum d’information sur le thème «Tamazight et le service public», avec la participation d’un panel d’universitaires-traducteurs et en présence des représentants de six départements ministériels. Ce forum s’inscrit dans le prolongement d’une première étape consacrée à la traduction vers la langue tamazight de différents supports élaborés durant l’année 2017 et dont l’objectif est l’adaptation graduelle aux dispositions de la Constitution, révisée en février 2016. Lors de ce rendez-vous, il sera question d’une lecture de validation de l’option d’une transcription codifiée quand il s’agit de frontons et/ou d’imprimés administratifs et de la réalisation de supports sonores pour les messages destinés aux usagers et aux voyageurs. Le HCA procèdera en outre à l’installation d’une cellule de traduction pour l’entame des travaux liés aux nomenclatures des métiers de la formation professionnelle et des activités du secteur du commerce. À cette occasion, un recueil des termes utilisés dans les médias, de près de 2 700 unités, sera annoncé. Ce recueil, élaboré à partir des trois ans d’expérience de traduction vers le Tamazight à l’APS, sera diffusé après validation scientifique. Les ministères qui participeront à ce forum sont ceux de l’Énergie, des Travaux publics et des Transports, des Ressources en eau, du Tourisme et de l’Artisanat, du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale ainsi que celui de l’Environnement et les énergies renouvelables.

Visite guidée pour les médias à l’ENPEI militaire de Rouiba (Alger)
L’École nationale préparatoire aux études d’ingénieur (ENPEI) «Badji Mokhtar» de Rouiba (Alger), a organisé une visite guidée au profit des représentants des différents médias nationaux afin de mettre en valeur le développement atteint par cet établissement de formation militaire et connaître l’un des bastions du système de formation de l’Armée nationale populaire (ANP). Intervenant à cette occasion, le directeur général de l’ENPEI, le général Mohamed Saal, qui a supervisé cette visite, a affirmé que l’ANP «veille à s’adapter aux évolutions qui surviennent dans le domaine des technologies de l’information à travers la mobilisation de tous les moyens matériels et humains nécessaires à l’activation de la communication institutionnelle sur le double plan interne et externe». Il a ajouté dans ce sens que «l’ANP s’attèle à la programmation de différentes activités et visites d’information en vue de réaliser plusieurs objectifs dont le rapprochement du citoyen de l’institution militaire et le renforcement du lien «Armée-Nation», notamment à travers les médias afin de mettre en exergue le développement atteint par les structures de l’armée dans les différents domaines militaires et scientifiques à l’effet d’atteindre le professionnalisme basé essentiellement sur les réformes structurelles dans le secteur de la formation». M. Saal a indiqué que l’ENPEI, qui peut accueillir 400 étudiants, «a connu un développement notable depuis sa création le 18 Avril 1998, en assurant la formation de161 diplômés en 2002 et 281 diplômés en 2017», soulignant que l’école «garantit une formation préparatoire aux élèves officiers d’active afin de suivre des études d’ingénieur dans la plus grande école de l’ANP». Il a indiqué, à ce titre, que l’école est placée sous tutelle pédagogique conjointe entre le ministère de la Défense nationale et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique conformément aux conditions contenues dans l’ordonnance du 28 mai 1983. Il a indiqué dans ce contexte que la durée de l’enseignement à l’ENPEI est de 3 années durant lesquelles l’étudiant recevra «une formation scientifique et technique de haut niveau, une formation générale, une formation physique et psychologique et une formation militaire».

Une explosion dans un dépôt de bouteilles de gaz à Oran fait un mort
Une explosion, survenue dans un dépôt de bouteilles de gaz butane, a fait, mardi soir à Oran, une victime, a appris l’APS du chargé de la communication de la direction de la Protection civile de la wilaya d’Oran.
L’explosion s’est produite aux environs de 19 heures au niveau d’un commerce de vente de ce produit énergétique, situé au bas d’un immeuble de deux étages à Haï Oussama (ex-Boulanger) dans la ville d’Oran, a indiqué à l’APS, le lieutenant Abdelkader Bellala. La victime, âgée de 31 ans, en état de choc, a été évacuée au service des urgences du CHUO Benzedjrab, où elle a rendu l’âme. D’importants moyens humains et matériels ont été mobilisés pour lutter contre l’important incendie dont 77 agents de différents grades, 4 camions anti-incendie, 9 camions citernes d’approvisionnement en eau ainsi que quatre ambulances dont une médicalisée.
Les agents de la Protection civile ont réussi à circonscrire les flammes après presque deux heures d’intervention, ajoute-t-on de même source. Aucune information n’a été donnée sur les circonstances exactes de cet accident.

Plus de peur que de mal suite à la secousse tellurique de Beni Saf
La secousse tellurique, enregistrée mardi en fin d’après-midi, à Beni Saf n’a fait aucun dégât ou perte humaine, a appris l’APS des services de la Protection civile de la wilaya d’Aïn Temouchent. Les services de la Protection civile n’ont reçu aucun appel de secours suite à ce séisme, a affirmé, à l’APS, le directeur local du secteur, le colonel Mustapha Belmostafa. Selon les échos recueillis sur le terrain, la majorité des habitants de Beni Saf et des zones limitrophes n’a pas ressenti la secousse. Une secousse tellurique de magnitude 3,7 sur l’échelle ouverte de Richter a été enregistrée mardi à 16h59 à Beni Saf, dans la wilaya d’Aïn Temouchent, indique le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) dans un communiqué. L’épicentre de la secousse a été localisé à 45 km au Nord de Beni Saf, précise la même source.

Saisie de 10 kg de kif et capture de 2 individus à Tlemcen
Les éléments de la Sûreté de daïra de Sabra (Tlemcen) ont opéré, cette semaine, une saisie de 10 kg de résine de cannabis et arrêté deux individus, a appris l’APS d’un communiqué de la cellule de communication de la Sûreté de wilaya.
Agissant sur informations faisant état d’une personne détenant une quantité de drogue en compagnie de ses acolytes, les policiers ont mis au point un plan ayant abouti à leurs arrestations, a-t-on indiqué. La surveillance du lieu a permis d’intercepter un véhicule conduit par une personne et un motocycle qui sécurisait le chemin au niveau du carrefour près du village de Ouled Mahi dans la commune de Béni Boussaïd.
Lors de la fouille du véhicule, la quantité de résine de cannabis conditionnée dans 19 colis a été retrouvée dans un grand sac à l’arrière, selon la même source.
L’enquête préliminaire avec les prévenus a permis d’identifier sept autres éléments activant au sein de ce réseau qui sont en fuite. Les personnes arrêtées seront présentées prochainement devant la justice, a-t-on ajouté.

Le secret de la transmission du virus Zika percé
Des scientifiques chinois ont fait la découverte d’une protéine LTRIN issue des glandes salivaires d’Aedes aegypti, moustique vecteur de la fièvre jaune, qui était la source de facilitation dans la transmission du virus Zika. Les chercheurs de l’Institut de zoologie dépendant de l’Académie des sciences de Chine ont indiqué que cette découverte offrait une stratégie thérapeutique potentielle pour diminuer la transmission du virus. La protéine LTRIN module les réponses immunitaires des hôtes à une piqûre de moustique, offrant au virus Zika l’occasion de se propager, a expliqué Jin Lin, chercheur à l’institut et auteur principal de l’article de recherche publié lundi dans la revue scientifique «Nature Immunology». «Avec cette découverte, un anticorps à la protéine pourrait être utilisé chez les groupes à risque pour réduire la possibilité d’infection au virus Zika», a expliqué Lai Ren, chercheur à l’institut. Identifié dans les années 1940 en Afrique, le virus se propage principalement via la piqûre d’un moustique infecté. Il peut se transmettre d’une femme enceinte à son fœtus, causant des malformations chez les nouveau-nés.