Arav

L’ARAV interdit la pub des produits parapharmaceutiques sur les chaînes privées

L’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) a saisi, mercredi, les chaînes privées afin d’interrompre immédiatement « les campagnes publicitaires destinées à promouvoir les produits pharmaceutiques et les compléments alimentaires », lesquels requièrent des autorisations de la part d’autorités scientifiques compétentes », indique un communiqué de l’ARAV.
L’ARAV « suit, depuis un moment, les campagnes publicitaires destinées à faire la promotion de produits pharmaceutiques et de compléments alimentaires à travers les différentes chaînes de télévision, et s’inquiète des informations et données erronées véhiculées par ces campagnes qui vantent des vertus illusoires et invitent les citoyens à acquérir ces produits en impliquant des médecins et des spécialistes et en exploitant des enfants dans ces publicités mensongères qui ne respectent point les standards scientifiques, ni les règles juridiques et éthiques de la publicité, mettant ainsi la santé des consommateurs en danger ». L’ARAV appelle les citoyens à « faire preuve de vigilance et à ne pas se laisser duper par les mirages de vertus illusoires », et les médecins ayant participé à cette campagne publicitaire à «respecter les exigences juridiques et éthiques liées à la profession de médecin », soulignant qu’elle poursuivra la coordination « avec les instances administratives et scientifiques compétentes pour prendre les mesures nécessaires au contrôle et à l’organisation de ce type de publicité, en vue de préserver les intérêts matériels et moraux du consommateur algérien ».
Plusieurs chaînes diffusent depuis quelques temps des spots concernant les compléments alimentaires notamment la formule Zinc SCI Pharma. Mais la chaîne qui diffuse le plus ce genre de spots, c’est Fadjr Tv dont le propriétaire est un raki et herboriste qui s’est spécialisé dans les formules traditionnelles et des compléments alimentaires pour les diabétiques. L’avertissement va ainsi mettre un terme à cette anarchie.

Quand l’AADL se paie la tête de ses clients
En dépit du communiqué apaisant de la direction de L’AADL relatif aux retards de paiement des redevances dues par ses clients, à cause de cette pandémie, il avait été annoncée que ces redevances seraient échelonnées sur le temps afin de rendre ce retard plus supportable, sachant que cette situation n’est pas causée par ces clients et que c’est l’AADL qui a cessé de délivrer des factures depuis le mois de mars passé. Le plus grave, c’est que même si l’AADL n’a pas respecté ses propres engagements en exigeant l’apurement intégral et immédiat, de ces dettes. Elle y a également inclus de scandaleuses et inacceptables pénalités de retard.

Sellal apparait malade et épuisé
L’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, n’a pas comparu ce mardi en tant qu’accusé dans le procès de l’homme d’affaires, Mahieddine Tahkout, qui se déroule au tribunal de Sidi M’hamed. La veille, Sellal n’arrivait pas à tenir debout au point où le juge lui avait permis de s’asseoir lors de son audition. Ce mardi, Sellal a brillé par son absence. Renseignements pris, l’ancien Premier ministre est « abattu » et souffre beaucoup sur le plan moral. « Les membres de sa famille n’assistent pas au procès et cela l’a beaucoup affecté. Il est abattu et a perdu beaucoup de poids. Il n’arrive pas à supporter ou admettre son nouveau statut de détenu.

Un scientifique de la NASA emprisonné en Turquie
C’était en juillet 2016, huit jours anxieux après un coup d’État manqué qui avait tenté de renverser le président Recep Tayyip Erdogan, et la police a déclaré à M. Golge qu’elle avait reçu un pourboire anonyme selon lequel il travaillait pour la CIA et faisait partie d’un groupe terroriste accusé d’avoir orchestré la parcelle. L’idée était si farfelue que M. Golge s’attendait à le régler rapidement et a changé son vol pour le lendemain. «J’ai été assez choqué, mais je me suis dit: ‘ça va disparaître’», a-t-il dit. «C’est probablement une erreur et la police et les procureurs s’en rendraient compte».
Cela prendrait quatre ans. M. Golge et sa famille sont revenus à Houston la semaine dernière, mettant fin à un cauchemar dans lequel il a été détenu à l’isolement pendant trois ans alors qu’il est devenu une monnaie d’échange dans une série de différends de haut niveau entre les gouvernements turc et américain. Dans sa première entrevue depuis son arrivée chez lui, M. Golge a décrit avec exaspération mais peu de rancœur l’épreuve d’être inculpé et reconnu coupable d’activités terroristes sur des preuves si fragiles qu’il a appelé cela des «ordures».
Son récit donne un aperçu rare de la machine judiciaire turque du côté d’un accusé. Quelque
70 000 personnes ont été accusées par les tribunaux turcs dans le cadre du coup d’État manqué. Beaucoup, toujours effrayés par les caprices de la justice turque, préfèrent garder le silence même une fois libérés. « C’est une très petite pièce – elle voit à peine la lumière du soleil, et les gardes ne m’ont emmené qu’une heure par jour », a-t-il déclaré. « Et je suis resté dans cette pièce, dans cette petite cellule unique, pendant trois ans ». Pendant longtemps, M. Golge s’est accroché au fait que les preuves présentées par les procureurs turcs n’étaient guère incriminantes. Le renseignement anonyme s’est avéré provenir d’un parent qui en voulait à la sœur de M. Golge et a admis plus tard qu’il ne savait pas si ses allégations étaient vraies. Les procureurs se sont appuyés sur d’autres preuves, et même M. Golge reconnaît qu’il correspond au profil d’un éventuel membre du mouvement Gulen.

Le baromètre du «courrier»
Profil haut
Les pionniers de la résistance algérienne à l’occupation française
Après plus d’un siècle d’exil, ces héros dorment enfin dans les bras de leur terre natale et nourricière. Impossible, ma foi, d’être plus heureux et plus satisfait que cela !

Profil bas
Mahieddine Tahkout ancien oligarque et « ami de quelques plumitifs»
L’homme, qui se contentait de ramener des voitures sans pneus en prétendant fabriquer des voitures algériennes, avait osé franchir le Rubicon en osant prétendre devant la justice qu’il serait à l’origine du premier bus 100% algérien. Preuve que ce qui arrive à certains oligarques fait perdre à ces derniers toutes retenues, et toute décence.

Mis aux poings
« L’Algérie qui se dirige vers l’édification de la nouvelle République dérange », Slimane Chenine président de l’APN.

Et pas que ce lobby d’ailleurs.