Medjahed

L’ancien général-major Abdelaziz Medjahed : « Le pouvoir n’a jamais dit la vérité au peuple sur les émeutes d’octobre 1988»

Le 5 octobre 1988, est une date qui restera gravée à jamais dans la mémoire de tous les Algériens. Ce jour marquera éternellement l’histoire contemporaine de l’Algérie, car c’était le premier pas vers la démocratisation.
Ce jour-là, le pays a été marqué par des manifestations très denses et non contrôlées à travers plusieurs wilayas. Des manifestants en colère ont voulu dénoncer leur situation sociale très lamentable. Comme cette date est très signifiante pour tous les Algériens et surtout ceux qui ont vécu ce jour, « Le Courrier d’Algérie » a saisi l’occasion pour essayer de comprendre les vraies causes qui ont provoqué le déclenchement des émeutes sanglantes à travers plusieurs villes algériennes. Pour ce faire, nous avons sollicité le général-major à la retraite, Abdelaziz Medjahed pour en parler sur cette fameuse date, dont les choses étaient de l’ordinaire. Trente ans plus tard, Medjahed dira qu’« on n’a pas analysé correctement l’évènement sur tous les aspects et on ne lui a pas donné la dimension qu’il mérite », poursuivant ;
« pour comprendre octobre 1988, il faut revenir à janvier 1979, lors du quatrième congrès du parti F.L.N. C’était le début de la dérive, le pays commençait à entrer dans une atmosphère morose qui compliquait l’existence des différentes couches de la société. Il me semble qu’octobre 1988 est l’aboutissement de toute une démarche qui a commencé en 1979 », soulignera-t-il. Avant d’enchaîner : « Il y a quatre dates qu’il faut retenir pour comprendre octobre 1988. Le congrès du FLN en 1979, le congrès extraordinaire de 1980, le congrès de 1983, et l’enrichissement de la charte nationale en 1986, lors de cette dernière date à laquelle on n’a pas accordé l’attention qu’elle mérite, car le peuple s’est exprimé sur ses aspirations, ses ambitions, sur la société dans laquelle il veut vivre etc…, mais cela malheureusement n’a pas été respecté. La population grugée à satiété par tant de promesses non retenues, par tant de slogans à la fois pompeux et populistes. Il y avait un pouvoir schizophrène. »
Pour notre interlocuteur, les émeutes d’octobre 1988 ne sont pas venues du néant, une série d’évènement du passé ont provoqué le déclenchement des émeutes le 5 octobre 1988. « Avant 1979, la société algérienne était productrice, et ce malgré les conditions de vie très difficiles, il y avait une volonté pour rebâtir l’Algérie. Mais ensuite après les années 80, la situation sociale s’est détériorée progressivement à cause de l’absence d’une vraie politique. »
Concernant la cause principale des évènements du 5 octobre 1988, Medjahed a indiqué que : « c’était à cause d’une crise de confiance car le pouvoir n’a jamais dit la vérité au peuple, il disait une chose et il faisait tout le contraire. La base de la politique c’est la confiance. »
B.M. Wali