Taleb Omar

L’AMBASSADEUR SAHRAOUI À ALGER L’A AFFIRMÉ : « Le Maroc provoque son propre isolement »

Le régime marocain, qui a éprouvé la faillite de sa politique de boycott et de la chaise vide, a renoué avec cette pratique après que ses participations pour changer les positions des pays ou imposer sa vision au monde se sont avérées infructueuses, a affirmé l’ambassadeur de la République arabe sahraouie démocratique en Algérie, Abdelkader Taleb Omar.
Le diplomate sahraoui a fait remarquer, dans ses déclarations, que « la solution à la question sahraouie ne passe qu’à travers la consultation du peuple sahraoui, qui a le droit à l’autodétermination dans le cadre des Nations unies. L’ambassadeur s’exprimait à l’issue de sa rencontre avec la présidente du Croissant-rouge algérien (CRA), Ibtissem Hamlaoui, tenue au siège de l’ambassade en Algérie, ayant porté sur la situation humanitaire des réfugiés sahraouis. Le diplomate sahraoui a cité la même position exprimée par plusieurs ministères, dont la ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, lors de sa visite au Maroc, qui a déclaré qu’ »il n’y a de solution à la question sahraouie que dans le cadre des Nations unies et sous la direction de l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, dans le cadre de la légalité internationale ». Pour le responsable sahraoui, le régime marocain a agi « de manière irresponsable » dans sa réaction concernant la présence du président sahraoui, Brahim Ghali, à la 8e Conférence internationale de Tokyo pour le développement de l’Afrique (TICAD8), tenue samedi et dimanche dernier à Tunis, après avoir décidé de boycotter ce rendez-vous et de rappeler son ambassadeur à Tunis. Après avoir rappelé, à cet effet, que le président sahraoui avait participé à de nombreux sommets, « mais le Maroc n’a pas agi comme il l’a fait avec la Tunisie », l’ambassadeur sahraoui a affirmé que la politique de boycott et de la chaise vide ont essuyé un échec. Les prises de position exprimées à l’UA, au TICAD’8 et à l’UE en faveur de la question sahraouie ainsi que la reconnaissance par l’Allemagne et les pays de l’Amérique latine de la RASD montrent que le régime du makhzen va dans le sens contraire de la légalité internationale et des positions de la communauté internationale. Dans ce contexte, M. Taleb Omar a souligné que « le Maroc s’est isolé sur le plan politique, d’où sa déception. Même sur le plan religieux, le royaume a poussé Raïssouni à prendre des positions extrémistes ayant conduit à sa démission de l’UIOM ». La rencontre a permis au diplomate sahraoui d’adresser ses remerciements à l’État algérien et au Croissant-rouge algérien (CRA) pour les aides apportées au peuple sahraoui, ainsi que l’action de sensibilisation quant à la situation des réfugiés et l’encouragement des autres partenaires à honorer leurs engagements pour couvrir le manque enregistré dernièrement, rappelant à l’occasion, l’appel lancé, mercredi dernier, par le système des Nations unies en Algérie pour accélérer la fourniture d’aides d’urgence aux réfugiés sahraouis. Pour sa part, la présidente du CRA a indiqué que la rencontre avait permis de faire le point sur l’avancement de la dotation des camps de réfugiés sahraoui en besoins nécessaires dans le cadre de l’action humanitaire du CRA qui accompagne les efforts des autorités locales en la matière. Mme Hamlaoui a mis en avant l’élan de solidarité manifesté par les organismes et les instances internationales au profit des frères sahraouis dans le contexte de la crise économique et alimentaire induite par la pandémie Covid-19. « Nous avons collaboré étroitement avec le Croissant-rouge sahraoui et les différents organismes onusiens en Algérie à l’effet d’améliorer les conditions de vie dans les camps », a affirmé Mme Hamlaoui.
R.I./APS