ambp2

L’AMBASSADEUR DE LA RASD À ALGER RIPOSTE : « C’est le Maroc qui pratique le terrorisme de l’État ! »

Dans sa dernière tentative en date consistant à détourner l’attention de l’opinion internationale sur sa politique expansionniste opérée manu militari au Sahara occidental, en détournant le courant d’une conférence censée traiter de l’organisation de l’Etat-islamique (Daech) pour le besoin d’attenter à l’image du Front Polisario en le qualifiant de terroriste, le régime marocain doit être amené à faire face à ses propres pratiques dans la région.

À savoir, faut-il le lui rappeler, des actes criminels récurrents ciblant des civils sahraouis, mauritaniens et algériens, le financement des réseaux de trafic de drogues, de terrorisme et de la criminalité transfrontalière, le pilotage d’une vaste opération d’espionnage …et au-delà de tout, la violation manifeste et l’agression du territoire du Sahara occidental. Ainsi, interrogé pour réagir à la dernière campagne marocaine ciblant le Front Polisario, un mouvement d’essence révolutionnaire qui défend ses propres terres face aux forces d’occupation et lutte pour le recouvrement de la souveraineté et de l’indépendance sur son territoire, l’ambassadeur du Sahara occidental à Alger, Abdelkader Taleb Omar, intervenu hier au Forum du Courrier d’Algérie, démontre qui est qui et qui est réellement quoi ! « C’est le Maroc qui pratique le terrorisme de l’Etat. C’est lui qui finance les réseaux du crime organisé et des organisations terroristes à travers le trafic de drogues, sachant que c’est lui (Maroc, ndlr) qui en est le plus grand producteur et exportateur. Ce sont là des faits attestés et reconnus comme tels par l’opinion internationale », a-t-in répliqué aux tentatives marocaines de faire dissuader le Front Polisario dans sa lutte pour l’indépendance en le qualifiant de « terroriste » aux yeux de l’opinion internationale. « C’est encore le Maroc qui a commandé une opération d’espionnage (Affaire Pegasus, ndlr) touchant les personnalités publiques et peuples dans la région, et même en Europe », rappelle Taleb Omar.

«  Tout ce que fait le Maroc est contraire à la légalité »
Les griefs retenus contre le Royaume ne s’arrêtent pas là. Et pour cause, ajoute l’ambassadeur de la RASD en Algérie, «  tout ce que fait le Maroc est contraire à la légalité internationale et des droits de l’homme. » Il en veut pour preuve, outre la violation et l’agression du peuple sahraoui dans son propre territoire, au demeurant une question de décolonisation inscrite sur l’agenda de la communauté internationale à travers ses démembrements, le diplomate sahraoui dénonce le blackout, voire le blocus, imposé par le Maroc pour isoler le Sahara occidental. Pour preuve, cite-t-il, « l’empêchement des visites des organisations internationales pour constater sur le terrain des territoires occupés la véritable violation des conditions et des droits humains des Sahraouis et les crimes perpétrés par les forces marocaines dans la région ». Une réalité que le Maroc tente, donc, de camoufler à travers ses faux-fuyants comme celui de détourner le contenu d’une conférence pour le besoin de drainer des soutiens à ses thèses sur le Sahara occidental. Il y a encore l’affaire d’assassinats de civils qu’il faudrait rappeler. « Le Maroc, pour justifier ces crimes, avance que les camions ciblés étaient pourvoyeurs d’armes, alors que c’est faux », tient-il à démentir avec force et preuves à charge contre le Royaume. Par ailleurs, en réponse aux allégations de médias qui ont déformé à dessein les propos du chef de la diplomatie turque sur une prétendue reconnaissance de la « marocanité » sur le Sahara occidental, l’ambassadeur sahraoui dénonce une déformation des faits qui est le propos des relais du Makhzen. D’ailleurs, le ministère des Affaires étrangères turc a recadré les médias marocains en affirmant texto : « La Turquie soutient l’intégrité territoriale et la souveraineté de tous les pays de la région à l’intérieur de leurs frontières internationalement reconnues. »
Farid Guellil